Solidarité avec Stéphane Dinard – Rencontres nationales hors-norme les 28/29 octobre à Cenves (69)

note Nous passons cet appel  lié avec la réunion proposée par le  collectif contre les normes. car la machine médiatique ramène chaque fois le curseur  vers  l‘histoire mytifiée de la naissance  de la confédération paysanne avec  des personnages nauséabonds des partis politique de la gôche et du syndicalisme catholique (JAC)

Après le texte « L’État élimine les agriculteurs – Refusons les normes ! Évitons les balles ! » qui dénonçait le meurtre de Jérôme Laronze par des gendarmes (1), le Collectif d’agriculteurs contre les normes publie aujourd’hui un appel à rompre l’isolement et à soutenir Stéphane Dinard éleveur qui subit une longue procédure judiciaire pour abattre lui-même ses animaux à la ferme et transformer la viande dans un atelier qui n’a pas reçu d’agrément.

Le collectif propose également dans ce texte un rendez-vous à Cenves (69) les 28 et 29 octobre pour parler de la gestion par les normes en agriculture et soutenir Stéphane Dinard(2)

 

Vous trouverez donc ce nouveau texte en pièce jointe.

 

 

  1. https://nantes.indymedia.org/system/file_upload/2017/08/21/13755/hors_norme.pdf
  2. soutenir Stéphane Dinard texte en PDF

Publication d’une nouvelle brochure sur le tourisme

Bonjour,
Nous venons de publier la brochure :

 

Tourisme, un marché du rêve et du divertissement – Discussion de comptoir à propos de tourisme, le dimanche du second tour des élections législatives, chez Janine, dans un village près de Roybon
Octobre 2017
14,8 cm X 21 cm, 40 pages, à prix libre + frais d’envoi (1,46 euros pour un exemplaire)
Vous pouvez nous demander cette brochure à l’adresse suivante :
discussion.tourisme@laposte.net

 

 

Vous pouvez également la consulter sur écran ou l’imprimer à l’adresse suivante :

https://padlet.com/discussion_tourisme/v2tkjuwlk74l

Vous pouvez aussi vous la procurer dans certains lieux comme à la Marquise à Roybon ou à Antigone à Grenoble.
Merci de faire suivre,

Jean-Philippe Descombes et Henri Mora

 

 

**********************************
Quatrième de couverture :
L’Autre : Le touriste d’aujourd’hui pense peut-être encore choisir ses vacances, sa destination et ses « activités », mais il n’est, en réalité, qu’un simple réceptacle des décisions du marché. Cependant ne penses-tu pas que c’est un peu court de vouloir critiquer le tourisme de masse et de voir le voyage comme une activité honorable ? La personne qui voyage en se souciant de sortir de la logique de la consommation se retrouverait-elle en dehors de la société totalisante ?

 

L’Un : Le voyageur qui recherche l’authenticité en évitant d’utiliser les infrastructures touristiques et sa logique de consommation a au moins l’avantage de vivre des moments à des endroits qui sont moins pervertis par la marchandisation. Cependant, je suis convaincu qu’il participe même sans le vouloir à une sorte d’avant-garde du tourisme qui ouvre les prochains circuits touristiques fléchés et bornés à des aménageurs et prestataires de services  toujours à l’écoute, en créant de nouvelles infrastructures attirantes et rentables – prochains circuits touristiques qui modifieront à leur tour les rapports sociaux et les paysages.

[reçu par mail]

Valence [drôme] Au laboratoire anarchiste le 26 /10 à 19h30 une projection du film « Nestor Makhno, paysan d’Ukraine », documentaire d’Hélène Chatelain

Anarco- communiste et paysan, Nestor Makhno est à l’origine du mouvement émancipateur libertaire en Ukraine de 1917 à 1921. Né à Goulaï-Polié, il prend part très jeune à la révolution de 1905 et est arrêté en 1908. D’abord condamné à mort, sa peine est commuée en travaux forcés à perpétuité en raison de son âge. Libéré en 1917, il retourne dans sa ville où il organise les paysans et les ouvriers : les terres des grands propriétaires sont distribuées aux paysans pauvres, les ouvriers gèrent les usines. Après l’abandon de l’Ukraine en 1918 par les soviétiques, le mouvement makhnoviste prend les armes pour défendre cette société libertaire

« La liberté ne peut passer par la soumission du peuple » , des paroles qui dérangent, une révolte inacceptable qui échappe au contrôle de l’État…

Makhno, le paysan dUkraine, est une légende, une légende controversée par les historiens officiels, par les autorités soviétiques qui en ont fait une perversion, et parfois même par les libertaires . Le film d’Hélène Chatelain , Makhno, paysan d’Ukraine , est une véritable enquête sur la mémoire, un travail d’investigation sur la manipulation de l’image et ses conséquences. Une heure dense d’informations, d’émotions, de témoignages, d’analyses comparatives des images positives et négatives, une heure qui passe trop vite…

Makhno est-il la mémoire inconnue et méconnue de l’Ukraine ? Pourquoi cette manipulation de l’histoire ? Quels les moyens qui ont imposé la remise en forme de l’histoire par les autorités soviétiques et cette occultation du mouvement anarchiste d’Ukraine ? Sa mémoire est-elle vivante aujourd’hui en Ukraine après des années d’occultation totale soviétique ? Ce film est-il une manière de restituer la mémoire de Nestor Makhno et de sa lutte, si longtemps éradiquée ? Une réhabilitation de l’auteur de «  Prolétaires de tous les pays, regardez au fond de votre âme, c’est là qu’est la vérité  » ?

Pour ce jeudi 19 10 à 19h30il y aura boissons chaudes et… Il y aura un infokiosk des livres et brochures et la plateforme d’Archinof. On pourra aussi discuter,..sans oublier de parler
de Maria Nikiforova, qui,après une condamnation à mort en 1908 sous le régime tsariste pour des
expropriations et le meurtre d’un flic, suivi d’une évasion du bagne sibérien . En 1917 à la tête d’un
détachement de gardes noirs, soutenue par de nombreux ouvriers d’Alexandrovsk, ville d’où elle
était originaire, mais aussi par des marins de Kronstadt, ses qualités d’oratrice autant que ses
capacités pratiques installèrent rapidement sa renommée à travers tout le territoire ukrainien.

Valence[drome]Manifestation le 19 octobre, la lutte contre les ordonnances continue ! (mise à jour)

L’appel à la grève et  à la manifestation le 19 octobre a été lancé par la CGT, FSU, CNTS.T.P26, SUD Éducation

L’organisation du pique nique et explication loi MACRON à partir de 12H30 est bien décidées.

 

La mobilisation contre la casse des services publics et du code du travail continue le 19 octobre à 14h place du  champ de Mars

Le mécontentement s’amplifie contre la politique du gouvernement. Les projets de régression se poursuivent : loi travail,la remise en cause de certaines disposition concernant la maternité, baisse des APL, hausse de la CSG réformes à venir de l’apprentissage, de la formation professionnelle, la sélection à l’entrée à l’université, réforme du bac de l’assurance chômage et des retraites, attaques sur les salaires, jour de carence, suppressions de postes, budget de redistribution pour les riches…

Il s’agit maintenant de créer un véritable rapport de force. Saisissons-nous de toutes les occasions pour construire la mobilisation, comme le 19 octobre, par les manifestations, les actions de blocage et de sensibilisation, la grève… Mais ne proposer que des journées de mobilisation saute-moutons mène à l’impasse et aucun secteur ne gagnera seul : il faut en finir avec la dispersion des luttes et construire leur convergence. Pour  des organisations syndicales, la stratégie qui permettra de gagner, c’est de construire un mouvement massif, prolongé de grève et de manifestations.

Il faut désormais construire la grève public/privé en mettant en débat avec les salarié-e-s, dans les assemblées générales, et aussi dans les  lycées, à l’université  dans les  usines, sur les chantiers de BTP et les services publics ,sa reconduction pour déboucher sur le retrait des ordonnances et des restrictions budgétaires, pour mettre un coup d’arrêt aux politiques de destruction sociale

( reçu par mail]

 


france bleu drôme Ardèche     mercredi 18 octobre 2017 à 21:58

Plusieurs syndicats, emmenés par la CGT, appellent à une nouvelle journée de mobilisation contre la réforme du Code du travail ce jeudi. Des trains Intercités et TER devraient être impactés. Les transports en communs de plusieurs villes seront touchés, ainsi que des crèches, garderies et cantines.

La CGT organise ce jeudi une nouvelle journée de grèves et de manifestations contre la réforme du Code du travail, qui a par ailleurs été adoptée. Après les mobilisations du 12, du 21 septembre et du 10 octobre pour la fonction publique, pour cette nouvelle journée, la CGT a été rejointe par Solidaires, la FSU et le syndicat étudiant UNEF, qui ont également déposé des appels à la grève. La manifestation parisienne s’élancera à 14h00 de la place du 18 juin 1940, à Montparnasse, pour finir à Denfert-Rochereau.

Des rassemblements sont également prévus un peu partout en France :

Caen [calvados] Du 25 au 29 octobreSemaine de solidarité Pétroleuse

En Pj le programme de la semaine de solidarité qui s’organise fin
octobre à la pétroleuse. Sur cette semaine, plusieurs activité auront
lieu ( débats, concerts, causeries, spectacles, bouffes communes, dj
sets, etc) L’idée de la semaine de solidarité c’est à la fois de rendre
visible sur un moment commun différentes activités qui se déroulent à la
pétroleuse, de récolter un peu d’argent pour faire vvre ce lieu, et
également d’en refiler aux compagnons et compagnonnes qui subissent dans
différentes villes les foudres de la répression.La moitié des bénéfices
de cette semaine permettra de continuer les travaux, le reste ira à la
lutte antirépression.

Depuis 8 mois, la Pétroleuse est ouverte et héberge des initiatives dans
une perspective autogestionnaire. Pour cela, les travaux ont été
considérables et sont presque finis : création de la salle de
répètes/concerts, isolation, peinture, installation de la bibliothèque,
etc.
Pour mémoire la pétroleuse est un espace de lutte pour l’autonomie
hébergeant des activités (concerts, causeries, projections, expositions,
débats, cantines, spectacles, ateliers… ), des collectifs ( réunions,
assemblée de luttes, infokiosks, bibliothèques…).

Pour nous soutenir et pour passer de chouettes moments, vous êtes les
bienvenu.es à ces 5 jours d’activités : concerts, discussions,
projections, cantines, ateliers.

Anarchistement,

En pièce jointe
.

Valence [drome] centre pénitentiaire un prisonnier victime des matons.

dauphiné libéré  Publié le 16/10/2017 à 12:02

« Mon client est resté pendant plus de 13 heures, dans une toute petite pièce sans eau, ni nourriture , ni sanitaire. » Ce matin, Maitre Ivan Flaud dénonce ce qu’il n’hésite pas à évoquer comme des faits inquiétants.

L’affaire remonte au 21 septembre dernier. Ce jour-là, son client, placé en détention provisoire au centre pénitentiaire de Valence vient de sortir d’un parloir avec ses parents.

Placé dans une pièce de transition, il semble avoir été oublié par le personnel pénitentiaire de l’après-midi même jusqu’au lendemain matin 6h 30 ! « Il a appelé, frappé, mais personne ne semble l’avoir entendu, ni s’être rendu compte de son absence en cellule. »

 

Paris: Une porte de la banque de france incendiée

le monde

L’artiste performeur russe Piotr Pavlenski a été arrêté par la police, lundi 16 octobre à l’aube, pour avoir mis le feu à une antenne de la Banque de France place de la Bastille à Paris. Peu après 4 heures du matin, l’artiste a aspergé d’essence deux fenêtres encadrant l’entrée du bâtiment, puis y a mis le feu. Pavlenski compte bien s’attaquer au pouvoir des banques, symbolisé par la Banque de France. Cette banque centrale est placée sous l’égide de la BCE (Banque centrale européenne),
la Banque de France a expliqué que le sas d’entrée avait été endommagé et que cela impactait par ailleurs le système de sécurité. Par conséquent, cette succursale restera fermée jusqu’à nouvel ordre.

[zad de Roybon ] mercredi 18 octobre Chantier sympathique à Sa-beauté !

je vous fais part ci-dessous d’un message paru dans  https://zadroybon.wordpress.com/

Merci de faire suivre,

HM

*********************

Mercredi 18 octobre vers midi, rendez-vous pour une p’tite bouffe avant d’attaquer un chantier terre-paille, pour isoler la cabane Saboté (barricade nord).
Ce chantier est le début d’une motiv’ collective pour se préparer à l’hiver sur zone. On fera des chantiers régulièrement, on vous fera signe !
Et dans tous les cas n’hésitez pas à passer nous voir.

A bientôt, dans les bois ou ailleurs !

55reçu par mail]

Allemagne : Chronique des actions directes en solidarité avec les prisonniers du G20 et de la guerre sociale

 

De nombreuses personnes inculpées pour les émeutes lors du G20 sont toujours incarcérées et certaines sont jugées ces jours-ci à Hambourg. La répression qui continue de s’abattre sur les rebelles au capitalisme et à l’Etat ne se déroule pas paisiblement : Comme le 5 octobre devant le tribunal d’Altona (Hambourg), lorsqu’un journaflic, accompagné de trois magistrats, s’est fait attaquer et défoncer son matos par un groupe de personnes solidaires (cf ci-dessous).

Voici donc les dernières brèves d’attaques contre les structures répressives, tirées du blog germanophone Chronik. Celles qui ont été revendiquées sont souvent accompagnées d’un extrait du communiqué ou du communiqué en intégralité. Parce que face à la répression, il n’est pas question de baisser les bras et d’endosser le rôle de victimes. Solidarité active !


  • Munich, 10 octobre : incendie de véhicules de l’armée. « Dans la nuit du 9 au 10 octobre, une attaque incendiaire a été commise sur des véhicules de l’armée situés sur un terrain d’entrainement de la Bundeswehr à Starnberger See, près de Munich. » Le communiqué fait notamment référence au massacre de civils afghans commis par l’armée allemande il y a 9 ans, le 4 septembre 2009 (100 personnes ont perdu la vie lors de ce bombardement), ainsi qu’aux expulsions depuis l’aéroport de Munich de migrants originaires de cette même région du monde. « Contre toute guerre, contre toute expulsion – Stop deportation »
  • Brême, 4 octobre : attaque contre le syndicat des flics.

« Liberté pour tous les prisonniers du G20 ! Ces mots brillent sur la façade située en face du bureau du syndicat de police, qui s’est fait détruire ses vitres à coups de marteau. Depuis les émeutes du G20, les flics et la justice essaient d’attiser la peur. Durant les procès contre les personnes enfermées, ils veulent montrer, par de lourdes peines, que les flics sont intouchables. Quiconque oserait remettre en question leur autorité et agir dans ce sens doit s’attendre à finir en prison. Quiconque jette des bouteilles est condamné en tant que terroriste. En renforçant les peines des textes de loi 113-114, ils veulent empêcher que la haine diffuse contre les flics se concrétise aussi par des actes. Le syndicat de police est un des acteurs qui œuvre sans cesse à aggraver la répression. Par haine de tout ce qui bouge, il ne cesse de se surpasser en revendiquant de nouvelles lois plus dures, plus de droits et de nouvelles armes pour les flics. Avec beaucoup de succès,  il parvient à toujours représenter les flics comme des victimes,  devenus des cibles de notre rage sans qu’ils n’aient commis de fautes. En même temps, tout cela sert à nous intimider toujours plus. La peur paralyse, nous rend impuissant.es et le meilleur moyen de lutter contre cela est de rompre avec ces relations. Cette rupture peut s’exprimer par des attaques en solidarité avec les personnes incarcérées. Force à toutes personnes incarcérées, perquisitionnées, espionnées – ici comme partout ! Le G20 est fini, pas nos combats ! »

  • Hambourg, 5 octobre : devant l’entrée du tribunal d’Altona, des « spectateurs » d’un procès ont attaqué un journaliste photographe en présence de trois magistrats et endommagé son matériel. Le matin précédent déjà, des anonymes avaient bombardé le tribunal de bouteilles de peinture et de pierres. Une vitre du bâtiment a été brisée.

  • Berlin, 3 octobre : attaque d’un formateur de flics et de matons et d’un local du SPD en solidarité avec les prisonniers du G20, Lisa, Nero et tous les prisonniers de la guerre sociale.

« […] Comme expression de notre solidarité active avec les prisonniers du G20 à Hambourg, comme salutation à Lisa, enfermée à Cologne pour un braquage de banque présumé, comme salutation à Nero incarcéré à la prison « Moabit » de Berlin pour un aveuglement présumé d’un hélico de police et pour tous les prisonniers de la guerre sociale, nous avons détruit le 3 octobre les vitres de l’agence BWK de la Trautenaustraße à Wilmersdorf, et en même temps aussi celles du bureau du SPD [parti social-démocrate] situé juste en face. Cette attaque doit être vue comme notre petite contribution aux journées anti-carcérales ayant lieu du 6 au 8 octobre à Berlin. Nous nous inscrivons dans la continuité des actions qui se sont déjà tenues contre les stands de recrutement des flics lors de Jobpoints de divers arrondissements berlinois, comme à Neukölln le 27 octobre 2016 et à Charlottenburg le 10 janvier 2017. […] » Le BWK, pour « Bildungswerk in Kreuzberg GMBH » est un centre de formation privée, lancée par Nihat Sorgeç (manager industriel et directeur du BWK, décoré par l’Etat car porteur de la croix fédérale du mérite), qui s’adresse aux jeunes d’origine immigrée ayant échoué dans leurs études, qui sont prêts à tout, du moment que c’est bien payé. Ce BWK prépare entre autres aux métiers de la répression, comme matons ou flics.

  • Schermbeck (Rhénanie du Nord-Westphalie), 1er octobre : Le poste de police à coups de pavés. Dans la nuit de samedi à dimanche (1er octobre), aux alentours de 4h20, 18 fenêtres du comico de quartier de la Weseler Straße ont été brisées par des jets de pierres. Le ou les assaillants n’ont eu qu’à se baisser puisque les projectiles venaient visiblement d’un lit de graviers situé juste en face du bâtiment. Il paraît que les jets de pierres ont même endommagé des appareils, des écrans et des téléphones qui étaient dans les bureaux. Au cours de la même nuit, tous les pneus de quatre véhicules garés sur le parking de la mairie ont été crevés. Durant la nuit précédente, une douzaine de vitres de l’école située dans la même rue avait également été détruite par des jets de pierres.
  • Leipzig, 29 septembre : Visite chez les balances de la LVZ.

« Dans la nuit du 28 au 29 septembre, nous avons rendu visite au bureau de la Leipziger Volkszeitung [quotidien de la presse régionale, NdT] ». Quelques vitres y ont été brisées et le slogan « Vous nous cherchez – Nous venons vous rendre visite. 12.12 » y a été laissé. La raison de ce communiqué est liée à la publication par la LVZ de photos de suspects il y a quelques semaines, dans le but d’aider les flics dans leurs recherches des émeutier.es du 12.12.2016 ».

repris de  sans attendre

Op. Scripta Manent (Italie) : Appel à la solidarité internationale le 16 novembre pour le procès

Le 16 Novembre à 10 heures, aura lieu devant la cour de haute sécurité de Turin la première audience du procès Scripta Manent, qui sera de longue durée, 22 anarchistes étant accusés, sept d’entre eux  étant toujours en prison.

 

L’appareil d’État répressif accuse une partie du mouvement anarchiste de l’attaquer avec les pratiques de l’action directe destructrice contre ses structures et ses représentants, de la réalisation et de la diffusion de publications anarchistes et du soutien aux prisonniers révolutionnaires.

Le théorème du procureur Sparagna est que les positions des compagnons accusés sont isolées et éloignées du mouvement anarchiste. C’est une tentative flagrante de créer des factions et de confiner l’anarchisme dans certaines clôtures juridiques et interprétatives.

Il faut démolir la tentative d’isoler ces compagnons, nous affirmons que les pratiques et les positions dont ils sont accusés constituent un patrimoine commun à tous les anarchistes et révolutionnaires, et nous réaffirmons notre proximité et notre solidarité avec les accusés.

Nous faisons un appel à participer au rassemblement du jeudi 16 Novembre à 10h devant la cour de haute-sécurité de la prison de La Vallette à Turin, et nous relançons l’appel à la solidarité internationale avec tous les anarchistes, rebelles et révolutionnaires emprisonnés selon les moyens que chacun estimera approprié.

repris de non fides

re