Author Archives: anarchiste

Forêt d’Hambach, Allemagne un mort lors d’une des tentatives d’évacuation de la forêt

Le 19 septembre, vers 16 h, un homme est mort lors de cette évacuation. Il a chuté d’une passerelle qui reliait des cabanes entre elles

C’est une histoire qui débute simplement. Elle se déroule en Allemagne, à trente kilomètres de Cologne. C’est l’histoire de deux cents hectares de forêt primaire, occupés

Le bois est occupé depuis six ans par des activistes écologistes qui y ont construit une cinquantaine de cabanes dans les arbres Car cette forêt est vouée à être sacrifiée pour permettre l’extension d’une mine à ciel ouvert de lignite, communément appelé « charbon brun »

Lors de l’évacuation de la forêt de la forêt d’ Hambach, un jeune militant est mort mercredi 19 septembre. L’objet de la répression policière : permettre l’extension d’une mine de charbon géante, en contradiction avec les engagements sur le climat. La France est impliquée dans ce forfait car la Caisse des dépôts et consignations a investi des fonds dans la compagnie allemande RWE.

C’est une histoire simple, car elle révèle, en quelques phrases, la vérité   des gestionnaires du gouvernement . Et cette histoire implique la France, par l’intermédiaire de la Caisse des dépôts et consignations et du Fonds de réserve pour les retraites, a investi des millions d’euros dans les actions et les obligations émises par RWE, l’entreprise qui exploite cette mine et avec elle plusieurs dizaines de centrales thermiques (dont une quinzaine à charbon).L’évacuation des zadistes de la forêt d’Hambach a lieu alors même qu’une « commission charbon » travaille depuis juin à un plan de sortie du charbon. Elle réunit des représentants du gouvernement, des gouvernements régionaux concernés par les mines et les centrales à charbon, les industriels et les syndicats. Y siège aussi un représentant des Amis de la terre Allemagne.

reformulé à partir de plusieurs textes

Prison de Fresnes, France : La répression n’empêche pas les voitures de matons de cramer

L’Etat croit toujours qu’en arrêtant des personnes, il pourra mettre fin aux hostilités. C’est parfois vrai, mais pas toujours, en tout cas pas pour celles et ceux qui savent que la solidarité c’est aussi défendre les faits reprochés et continuer de lutter.

Après les arrestations la semaine dernière de sept personnes, pour finalement en mettre en examen quatre + une en témoin assisté (deux autres relâchées sans rien), accusées de deux des quatre incendies qui ont consumé les voitures de matons sur le parking de la prison de Fresnes depuis mai, la réponse n’a pas tardé. La nuit de dimanche 16 à lundi 17 septembre vers 2h30 du matin, quatre nouvelles voitures de matons ont flambé, plus deux autres par propagation. A noter que selon un syndicat (FO pénitentiaire), « un logement a également été endommagé et ses occupants incommodés par les fumées ». Depuis mai, ce sont désormais près de vingt voitures de matons qui sont parties en fumée à Fresnes.

Comme il est parfois écrit sur les murs des grandes villes : « la solidarité c’est l’attaque »…

Bourg les valence ( 26 500) le 29 /09 MJC Chony de 17h – 22h Un toit pour Esther vous invite à partager un moment

[reçu par mail]

Bonjour à toutes et à tous,

Un toit pour Esther vous invite pour un rendez-vous maintenant régulier

SAMEDI 29 SEPTEMBRE entre 17h et 22h

pour discuter, de la musique, des jeux, ….

La situation de la famille est encore loin d’être réglée, et ces moments de fête permettent également de faire face aux difficultés financières rencontrées.

Affiche que vous pouvez placardée partout évidemment ;o)

Merci à vous,

Solidarité avec les migrant-e-s !

Steven Masson, enseignant Clg P Valéry, Sud éducation

CAEN ( calvados) le 26 septembre Rassemblement de solidarité

[reçu par mail]

Salut,

Ce mercredi aura lieu le procès d’un compagnon de lutte. Il y a appel à
rassemblement dès 8 heures.

Salutations anarchistes et solidaires,
Un rétif.

PS : je ne participe pas au CROC qui envoie ce message. C’est pour info
et solidarité. Bref un appel à se joindre au rassemblement et/ou à
manifester sa solidarité.

——– Courriel original ——–
Objet: Rassemblement de solidarité 26 septembre
Date: 2018-09-20 13:39
De: caenantirep@riseup.net
À: Caenantirep <caenantirep@riseup.net>

Salut,

Nous vous écrivons pour transmettre un appel à rassemblement le 26
septembre. Il y a quelques mois nous avons relayé un appel à
rassemblement/petit-déj de solidarité en soutien à une personne qui
passait en procès le 04 juillet. Cela faisait suite à la manifestation
du 22 mars dernier où les 2 interpellés au château se sont fait menacés
de mort, humiliés, tabassés par la police. Ce procès a finalement été
reporté au mercredi 26 septembre.
Nous sommes le CROC (Contre la Répression : Organisation Collective),
nous soutenons les personnes et collectifs en lutte qui sont victimes de
répression policière et judiciaire.

Force est de constater que nous étions très peu nombreux/ses lors de ce
rassemblement. Pourtant, c’est bien la fonction même de ce procès que
d’isoler et de faire des exemples pour casser l’envie de s’impliquer
dans les luttes sociales.

Nous appelons donc toutes les personnes et collectifs à relayer cet
appel et à être présent-e-s à ce rassemblement. Vous pouvez venir avec
de la musique, des thermos de café/thé, de quoi grignoter, plus on sera
visible mieux ce sera !

En PJ, vous trouverez des détails sur la situation.

Le C.R.O.C., collectif antirépression caennais.
Permanence au squat du Marais tous les 1ers mardis du mois de 18h à 19h
caenantirep@riseup.net
antirepcaen.wordpress.com

[hors.norme] Invitation aux 3èmes rencontres des collectifs contre les normes les 21/22/23 septembre 2018 à Pégoire, commune de Saint Germain l’Herm en Auvergne.

[reçu par mail]

Bonjour,

Nous vous invitons aux troisièmes rencontres des collectifs
d’agriculteurs et d’agricultrices contre les normes.
Ces rencontres sont ouvertes à tous les collectifs contre les normes
déjà constitués ainsi qu’à toutes les personnes, agricultrices ou
pas, intéressées par la lutte et par la réflexion sur le
système normatif industriel et administratif. Celui là même qui détruit les
activités, les modes de vies, leurs autonomies et leurs libertés.

CES RENCONTRES SE DÉROULERONT DU VENDREDI 21 SEPTEMBRE à 18H00 Au
DIMANCHE 23 à 16H EN AUVERGNE SUR LA COMMUNE DE SAINT GERMAIN L’HERM
(63630 / Puy de Dôme) AU LIEU DIT PÉGOIRE.

Pour l’hébergement : il y aura des places dans des chambres avec matelas

(sac de couchage ou draps/couvertures nécessaires) mais comme elles sont limitées
il y aura de la place pour planter des tentes. Faites donc en sorte d’être
autonome en couchage (tentes, matelas…n’oubliez pas la lampe).
Par ailleurs prévoyez que le mois de septembre dans le massif central
peut être très beau comme frais et souvent les deux.
La base des repas sera assurée par les différents collectifs présents
mais nous comptons aussi sur vous pour les compléter en ramenant de
chez vous de bonnes choses à manger et aussi à boire pour les deux
jours et demi.
Une caisse à prix libre sera ouverte pour couvrir les frais de

l’organisation des rencontres.

DÉROULEMENT :

VENDREDI 21 SEPTEMBRE 18H-21H :

Organisation: Finaliser ensemble et avec vos apports le déroulement des 2 jours.

Discussions pour préparer les échanges des 2 jours:
-Comment définir ensemble ce contre quoi précisément on veut se battre avec ce collectif, qu’est ce qu’on veut construire ou défendre ?
-Comment peut-on être contre les normes ?
-Quelle forme et quel nom voulons nous pour ce mouvement : association, réseau ,coordination de collectifs locaux, mouvement, syndicat de combat ?

-Comment dépasser la peur de l’administration ?

21H REPAS préparé par les collectifs d’Auvergne.

Le soir on s’installe tranquillement.

SAMEDI 22 SEPTEMBRE JUSQU’À 9H petit dej préparé par les collectifs de Saône et Loire et d’Auvergne.

SAMEDI 22 SEPTEMBRE 9H-12H30 :
Tour de l’assemblée : présentation des différentes personnes et
groupes présents et de leurs attentes pour les 2 jours.
-Tour de table des récits, de la vie et de l’activité depuis 1 an des
différents groupes locaux, des groupes de travail et personnes isolées.
-Leurs objectifs, moyens, réussites, échecs, difficultés ?
-Quelle est l’évolution depuis 1 an.
-Quels sont leurs envies et motivations actuelles ?
-Quel constat par rapport à la pertinence de l’angle critique de la normalisation et de la gestion par les normes ?
Discussions :
-Constats, envies et objectifs communs ?
-Ni l’État ni le marché puisqu’ils œuvrent ensemble ?
-Comment définir,imaginer et parler d’une construction sociale,d’activités, de collectivités sans normes mais pas libérales ?12H30-14H00 REPAS préparé par les groupes des Alpes de Haute Provence,Drôme.

SAMEDI APRÈS-MIDI 14H00-15H30 :

8 tables/groupes pendant 1h30 :

organisation interne : groupes locaux, écrits communs, textes et signatures du collectif dans son ensemble, circulation des informations, réactions coordonnées, animation, documentation, groupes de travail, référent-es, liste mail, forme du mouvement…?

communication : nom du collectif, site internet, pourquoi et comment s’opposer aux normes, plaquette synthétique de présentation et d’appel , récits de contrôles et résistances, affichage, vidéo, radio, bulletin trimestriel, lettres de Jérôme Laronze, texte fondateur, comment se faire plus connaître dans les campagnes et où nous trouver…?

autodéfense juridique: recherches et compilation d’informations, formations, guide d’autodéfense, analyses des méthodes administratives, policières et judiciaires avec des personnes contrôlés, rencontres et travail avec des juristes, avocats…?

collectifs agricoles ou pas seulement ? voulons nous que les groupes soient uniquement ou principalement des groupes d’agriculteurs, agricultrices qui réfléchissent et agissent sur des questions agricoles et rurales ou souhaitons nous, et pourquoi, qu’ils soient composés de consommateurs-trices, artisan-es, ouvrier-es, fonctionnaires, précaires…et agissent sur toutes ces réalités en les reliant ?

actions publiques « ponctuelles » : des occupations d’administrations, d’industries, d’associations et d’organisations professionnelles, des luttes fortes, médiatiques et plus longues dans des fermes ou ateliers…, des contrôles collectifs, des blocages de contrôles, de saisies, de ventes aux enchères, des scandales…?

actions sur la durée : des permanences locales, départementales ou régionales, contacter les personnes qui vont être ou ont été contrôlé, suivi de situations administratives ou judiciaires, des formations, des marchés hors-normes, où et comment créer un ou des rapports de force significatif, comment dépasser collectivement la peur de l’administration et assumer collectivement (avec qui) un rapport de force, récits de luttes pour voir les possibilités et les difficultés…?

– quelles sont les luttes actuelles dans lesquelles la normalisation administrative/industrielle et son utilisation comme outil de gestion est questionnée, attaquée, subit ou cogérée ?

quelles sont les organisations ou réseaux partenaires et comment agir ensemble et celles et ceux que nous devons critiquer, dénoncer pour leur pratiques, pourquoi,comment ?

auto-organisation locale ou régionales: comment faire vivre dans les collectifs et communiquer au dehors sur le choix du partage d’expériences comme rapport à nos activités plutôt que des normes imposées, mettre en place des soutiens techniques, des coups de main, chantiers, partage de savoirs, docs en commun, bibliothèque, échanges et conseils, formations régulières, groupe de discussion et d’échange par activité au sein des collectifs ou plus large, avoir des ateliers, outils de transfo et d’abattage en commun , faire des rassemblements, des fêtes ?

 SAMEDI 22 SEPTEMBRE DE 15H30 À 17H30 :

on se déplace sur 4 nouvelles tables différents pendant une
demie heure pour chacune, tables où restent tout le long 8 personnes
référentes du thème de la table qui prennent les notes et
retransmettent a ceux et celles qui arrivent.17H30-18H00 PAUSE goûter18H00-20H00 retransmission et affichage du travail des 8 tables, sans débat. 20H30 REPAS préparé par les groupes de Bretagne
SAMEDI 22 SEPTEMBRE EN SOIRÉE :
soirée sans forme mais à fond.

DIMANCHE 23 SEPTEMBRE JUSQU’À 9H petit dej préparé par les collectifs de Saône et Loire et d’Auvergne.

DIMANCHE 23 SEPTEMBRE 9H-14H :

– discussions et décisions à mettre en place, thème par thème sur les 8 enjeux et objectifs des tables du samedi
– répartition des taches et échéances pour la mise en place de ces objectifs
– constitution des groupes de travail, leurs rdv et échéances
– organisation des rdv à venir
– répartition des rôles et mandats pour le site, la liste mail, la liste d’animation…
– vérification des listes d’adresses, contacts.
– date et lieu des prochaines rencontresPour ceux et celles qui veulent : départ pour le théâtre à Besse en Chandesse (voir ci dessous le PS)14H REPAS préparé par les collectifs d’Ariège

16H00 Rangement, ménage avec le maximum de monde.

FIN DES RENCONTRES OU DÉBUT DE NOUVELLES

PS : Pour info la « maquette » de la pièce de théâtre écrite par
Guillaume Cayet : « 9 mouvements pour une cavale » par la compagnie « Le
désordre des choses », inspirée de l’histoire de Jérôme Laronze se
tiendra le dimanche 23 à 15h à Besse en Chandesse (63) suivie de discussions surement.

Besse en Chandessse se situe à 1h20 de là où nous nous trouverons pour ces
rencontres. Nous n’avons pas vu cette pièce.

A très bientôt donc

Collectif d’agriculteurs et d’agricultrices contre les normes

 

col de la bataille (26 190) Dimanche 23 septembre Fête du vent

Balades découvertes nature :

Pas besoin de réserver auprès de la personne contact : rendez-vous directement sur place le jour J.

RANDONNÉE N°1 :

Heure & point de départ : 8h30 au Parking de l’Aubasse (retour environ 11h30)

Distance : 3 km

Itinéraire : Sentier brame du cerf Ambel

Thématique : Faune sauvage / Brame du cerf

Difficultés éventuelles : Aucune

Équipement : Chaussures de marche, vêtements discrets, eau et jumelles.

Contact : Romain RIBEIRO

ribeiroromain8@gmail.com / 06.17.21.03.14

RANDONNÉE N°2 :

Heure & point de départ : 10h00 au Grand Echaillon (retour environ 12h15 au Col de la Bataille)

Itinéraire : Col du Lion, Gampaloux, Bois de Comblézine

Difficultés éventuelles : Aucune

Équipement : Chaussures de marche, eau.

Contact : Nicole (obrego@club.fr)

RANDONNÉE N°3 :

Heure & point de départ : 08h00 à l’Abbaye de Léoncel (retour vers midi au Col de la Bataille : covoiturage pour retrouver sa voiture au village)

Itinéraire : Nombreux arrêts comprenant arrêt boisson au Grand Echaillon

Difficultés éventuelles : Dénivelé de 300m

Thématique : Observation sensible de la nature, arbres, plantes, et signes de vie animale

Équipement : Chaussures de marche, eau.

Contact : Michel MONNIER (michelcharousse@gmail.com)

RANDONNÉE N°4 :

Heure & point de départ : 08h00 au Col de la Bataille (retour environ midi au Col de la Bataille pour pique-nique en commun)

Distance : 9 km

Itinéraire : Roc de Toulau

Difficultés éventuelles : 300m de dénivelé & passages un peu raides

Thématique : Belvédère sur le Vercors

Équipement : Chaussures de marche et batons indispensables.

Contact : Bernard BOUTIN

bernard.boutin@gmail.com / 06.42.40.33.03

Publication, France : Ma peste de vie, de Claudio Lavazza

Qui est Claudio Lavazza se comprend dès la première page de ce livre : les actions dont il est accusé parlent clairement. Un rebelle, un guerrier, qui a participé, ensemble avec tant de jeunes de sa génération, à la tentative de changer la société et le monde, assumant l’entière responsabilité de l’avoir fait avec tous les moyens adéquats.
Son autobiographie n’est pas seulement un témoignage de plus sur la lutte armée de la fin des années 1970 et du début des années 1980, mais c’est aussi le portrait d’un homme qui, cas plutôt rare pendant les périodes de répression impitoyable de l’insurrection armée en Italie, ne s’est pas enfui à l’étranger pour se satisfaire des promesses de gouvernements plus ou moins protecteurs, n’a pas accepté la condition de réfugié politique, mais a poursuivi la lutte au-delà des Alpes, mettant en pratique avec une cohérence lucide les principes de l’internationalisme prolétarien et démontrant que, comme l’injustice et l’inégalité, l’urgence même de les combattre ne connaît pas de frontière.

Avec une discipline de fer et une détermination consciente, Claudio ne pense pas à s’enrichir ou à se ranger, même si les expropriations pour lesquelles il a été condamné ont rapporté des butins plus que confortables. Il poursuit la lutte, affrontant les difficultés de tout exilé et de tout persécuté. Claudio ne prétend pas tirer des conclusions de son expérience parce qu’il ne la considère jamais terminée, même quand, en décembre 1996 à Cordoue, il est blessé dans une fusillade et arrêté : sa bataille continue aussi en prison, et aussi dans cette « prison dans la prison » qu’est le régime FIES de l’État espagnol, auquel il sera soumis pour une très longue période.
Une expérience de plus de trente ans, qui unit sans regrets les luttes d’hier et celles d’aujourd’hui, avec une vision concrètement internationaliste et obstinément radicale. Radicale comme ces valeurs et ces désirs qui, malgré la peur et la résignation qui semblent régner souverainement sur notre coin du monde, restent encore aujourd’hui indispensables et chaque jour plus urgents à assouvir.
À travers ses récits, encore une fois, Claudio nous transmet la force qui a animé ses batailles, mises à dure épreuve par l’exil au début et par la prison jusqu’à maintenant, sans perdre l’enthousiasme qui lui a permis d’affronter, jour après jour, l’isolement et la torture de l’enfermement.
Un enfant pestiféré, Claudio. Un rebelle, un anarchiste, un guerrier, un expropriateur qui, dans l’ardeur d’une bataille sans trêve, a su conjuguer ses vertus aux durs temps présents.

283 pages, format A5, 10 €

Commandes à :
lassoiffe[at]riseup.net
lassoiffe.noblogs.org
(Comptez 30 % en moins à partir de cinq copies)

Le catalogue complet de l’Assoiffé.

Valence [26000] : Cédric Herrou enfariné devant le cinéma

face à ce texte du dauphiné libéré paru le 17/:09/:2018 « Cédric Herrou le passeur de migrant voit blanc à Valence, enfariné par des nervis d’extrême droite »

la publication de ce texte  ci dessous parait importante

 luhttps://souslaplagelespaves.noblogs.org

Texte au format PDF : Qui aide qui en Roya ?

 

 

Présentation

Nous avons choisi de publier ce texte car ses auteurs ont eu la conséquence de faire une critique nécessaire de la prise en charge des migrants par des militants citoyennistes des Alpes-Maritimes.

Ou comment à travers les rapports entretenus avec les médias ou la stratégie de dialogue avec les institutions, dans la pure logique citoyenniste, certains finissent par faire, plus ou moins volontairement, le jeu de l’État dans le tri des migrants, sous couvert de protéger et d’aider ces derniers.

Il ne peut y avoir de lutte digne de ce nom autour de la situation des migrants sans la relier à la question désormais globale des frontières.

La « simple » solidarité humaine envers les migrants est évidemment à saluer ; mais dès lors que l’aide fournie aux migrants ne débouche pas sur une critique des institutions, et sur le refus de transiger avec la logique générale du pouvoir, le risque est grand d’en arriver à des situations telles que celle vécue par les individus actifs dans les Alpes-Maritimes qui s’expriment dans ce texte.

En effet, quoi de plus facile pour l’État que d’établir des ponts avec des « citoyens » ? Lorsqu’on admet que l’on est un « citoyen », un administré, on reconnaît dès lors une légitimité aux institutions en place. Il n’est par la suite même plus question pour le Pouvoir de récupérer les luttes ou les dynamiques de mobilisation, dans la mesure où elles n’ont pas la prétention de s’opposer franchement à lui. Il s’agit simplement de les diriger dans le sens qui lui convient, comme cela se fait aujourd’hui, au moins en partie, dans la Roya.

Il est nécessaire d’ajouter que nous ne partageons pas les revendications exprimées à la fin du texte. Poser comme enjeux d’une lutte des revendications, donc des demandes à l’État, c’est non seulement le reconnaître, au moins jusqu’à un certain point, comme interlocuteur, mais aussi accepter de poser des limites aux luttes, avec des objectifs précis que l’on sait parfaitement impossibles à atteindre.

Il nous semble aussi important de critiquer les rôles militants, en particulier celui de soutien aux migrants, pour ce que tous les rôles représentent en termes de spécialisation et de séparation. Si nous sommes bien évidemment solidaires des migrants, nous sommes avant tout des individus opposés à cette société pour mille et une raisons, et nous ne nous reconnaissons pas dans l’activité spécialisée et séparée du militant. La critique de cette société et de ses frontières doit nécessairement se jouer au quotidien, au-delà de la seule question des migrants.

 

 

Résultat de recherche d'images pour "josé bové roya"   Résultat de recherche d'images pour "josé bové roya"

Une figure locale en compagnie de deux rebelles désintéressés

Parution: Avis de tempête N°9 bulletin anarchiste pour la guerre sociale

Avis de tempêtes #9

Pour lire, imprimer et diffuser ce petit bulletin autour de soi (il est
en format A5, et celui-ci fait 20 pages), on pourra retrouver chaque
nouveau numéro tous les 15 du mois, ainsi que les précédents, sur le
blog :
https://avisdetempetes.noblogs.org

« De la même façon que les restructurations du marché du travail et la
technologie ont transformé les anciennes formes d’exploitation en
multipliant flexibilité, auto-entrepreneuriat et auto-contrôle, le
nouveau plan de gestion carcérale de l’Etat présenté en septembre entend
accentuer le processus de différenciation entre la plupart des
prisonniers, en se basant non plus uniquement sur la peine ou le délit
initial, mais sur une participation et une collaboration accrues à son
propre enfermement. Un peu comme si tout ce système de réclusion, de
dépendance, d’arbitraires et de torture n’était qu’un vaste cadre
contractuel. Un cadre où on est sommé de devenir toujours plus «
responsable » d’une peine à exécuter et cogérer avec l’administration,
en étant paradoxalement parcellisé à l’intérieur d’une structure de
masse, en devenant le maton des autres au nom de l’évolution de son
propre parcours carcéral. Il va sans dire qu’un tel processus de
totalitarisme démocratique où participer c’est diviser, n’ira pas non
plus sans une répression supplémentaire contre la minorité de rebelles
qui n’accepte pas de collaborer. »