Author Archives: anarchiste

valence , Drôme: centre pénitentiaire,un prisonnier manifeste contre l’isolement total

Image associée

dauphiné libéré le 14 mars

Mercredi 13 mars, 14h30, quartier disciplinaire de la maison centrale de Valence.

Un détenu de l’établissement placé au quartier disciplinaire devait passer en commission de discipline ce mercredi. Lors de l’ouverture de la porte de sa cellule pour permettre au détenu de s’entretenir avec son avocat avant son passage en commission, le  surveillant gradé va recevoir les excréments et l’urine du détenu en plein visage.

Les personnels présents ont immédiatement refermé la porte de cette cellule et le gradé a été transporté au centre hospitalier de Valence pour examens avant de se rendre au commissariat afin d’y déposer une plainte.

leun syndicat déclare: »Pourquoi les passes-menottes ne sont-ils pas installés sur les secteurs sensibles du CP Valence ? Problématique d’assurance ? Les surveillants se désintéressent de ces excuses de technocrates bien à l’abri derrière leurs bureaux parisiens et ne vont pas attendre un drame avant que certains se bougent pour faire avancer notamment ce dossier… ! »

 

 

France: des nouvelles des cabanes des Gilets jaunes

Les infos qui suivent ne sont évidemment

Les infos qui suivent ne sont évidemment pas exhaustives, mais montrent la vitalité du mouvement des Gilets jaunes et des occupations de ronds-points avec cabanes, etc. tout autant que l’acharnement de la part de l’État pour écraser ce mouvement (en l’occurrence par la démolition des cabanes par la police, ou par des incendies anonymes…).

***

Depuis fin novembre 2018, les Gilets jaunes de Commercy (55) avaient installé leur «cabane de la solidarité» sur la place Charles de Gaulle, en plein cœur de la ville.

Place forte du mouvement des Gilets jaunes, ils/elles y avaient lancé notamment deux appels, d’abord à former des assemblées partout en France, puis un deuxième appel à toutes les assemblées de Gilets jaunes à se retrouver à Commercy les 26 et 27 janvier pour «l’Assemblée des assemblées».

Ce 13 mars 2019 au matin, alors que le jour se levait à peine, le maire de Commercy a fait détruire la cabane des Gilets jaunes…

***

À Forbach (57), située sur le rond-point du Mc Do de la zone de l’Europe, la cabane des Gilets jaunes a été démantelée par les forces de l’ordre dans la nuit du 4 au 5 mars. Mais dès le lendemain, mercredi 6 mars, la cabane était en cours de reconstruction.

Dans un article du Républicain Lorrain, Salvatore déclare: «on n’a pas compris pourquoi ils ont détruit notre cabane. On n’embêtait personne. Là, franchement, on est en colère. D’autant qu’on a eu que 10 minutes pour que deux d’entre nous puissent sortir nos effets personnels. Ils ont même pris notre canapé.» Il ajoute toutefois: «quand l’ancienne a brûlé, on a tout reconstruit en quelques heures. On a l’habitude maintenant.»

***

Du côté île d’Oléron, au pied du pont, le campement des Gilets jaunes de Marennes-Oléron (17) a été incendié dans la nuit du lundi 4 au mardi 5 mars.

***

À Schirmeck (67), dans la nuit du 8 au 9 mars, le QG des Gilets jaunes de la vallée de la Bruche, mis en place début janvier, a été incendié et retrouvé complètement en cendres. La veille au soir, le tunnel de Schirmeck avait été bloqué lors d’une opération des Gilets jaunes. Un feu de pneus et de palettes avait été allumé sur la chaussée, au niveau du rond-point de la tête sud du tunnel, obligeant à interrompre la circulation. Des sabotages ont également été effectués sur les appareillages électriques du tunnel. Un équipement avertisseur sonore aurait été arraché et une armoire électrique visitée, afin de faire disjoncter l’alimentation d’une des caméras.


Avant…


… Après

***

De la cabane en bois du rond-point de Césarée à Gujan-Mestras (Gironde), il ne reste que quelques fragments de palettes calcinées et des morceaux de plastique fondus… Le feu a totalement détruit ce campement qui servait de quartier général à une cinquantaine de Gilets jaunes depuis le début du mouvement. L’incendie s’est déclaré le vendredi 15 mars vers 20 heures alors que tou·te·s les occupant·e·s participaient à une réunion publique à quelques kilomètres de là.

«Je n’arrive pas à me dire que cet endroit où nous avons vécu tant de belles choses soit parti en fumée comme ça !» se désolé Jean-Jacques, cité dans un article du Parisien. «Pour moi, c’est un geste délibéré», affirme Greg (dans le même article).

***

À Cosne-Saint-Loup (58), la cabane des Gilets jaunes tenait depuis le mois de janvier au bord de l’échangeur autoroutier 23 de Cosne-sud. Dans la nuit du vendredi 15 au samedi 16 mars, elle est partie en fumée…

***

Dimanche 17 mars, vers 1h du matin, la cabane des Gilets jaunes installée sur le rond-point de la Maison du département à Saint-Lô (50) a été ravagée par les flammes. Les Gilets jaunes l’ont reconstruite dans la foulée.

***

Dans le secteur de Dole (39), la cabane des Gilets jaunes située sur le rond-point d’Innovia à Damparis, a été démolie par la police le 28 février dernier. Pendant le week-end du 8-10 mars, la cabane a été reconstruite, toujours avec l’idée d’en faire un lieu de rassemblement et de résistance. Selon un des Gilets jaunes cité par Le Progrès, «s’ils viennent la démonter à nouveau, on la reconstruira à nouveau».

Lundi 18 mars, la cabane a de nouveau été détruite par la police. Et le soir-même, les Gilets jaunes ont remis une installation, plus petite, au pied de l’enseigne Innovia. L’occupation continue !

Contactée ce mardi 19 mars par Le Progrès, la Préfecture du Jura indique son intention de ne pas laisser le rond-point aux Gilets jaunes: «Force doit rester à la loi, personne ne peut accepter que des gens construisent des baraques faites de bric et de broc aux abords des ronds-points parce qu’ils en ont envie», résume le secrétaire général de la préfecture du Jura.

***

Lundi 18 mars, vers 22h30, des individus ont tenté d’incendier la cabane des Gilets jaunes d’Argences (14). Leur tentative a partiellement échoué, la carcasse en bois actuellement très humide ayant résisté au feu, puis les pompiers sont arrivés pour éteindre complètement l’incendie. C’est quand même la quatrième fois que la cabane des Gilets jaunes est attaquée ! Les deux premières fois, elle a été détruite par les services du département, la troisième fois, elle a été entièrement incendiée… Cette fois, elle est toujours debout !

***

Mercredi 13 mars, c’est le QG des Gilets Jaunes de Carpentras (84), situé sur le rond-point de la route d’Orange, qui a été détruit par la police. Dès le vendredi 15, les Gilets jaunes se sont lancés dans une nouvelle construction d’envergure sur un terrain appartenant au Département. «Ça nous a remobilisés, beaucoup de gens viennent nous aider et tout le matériel nous est donné. On espère ne pas avoir besoin de rester encore 4 mois, mais en attendant, on fait une chouette cabane», dixit un Gilet jaune cité dans un article paru dans Vaucluse Matin daté du 20 mars 2019. Une assemblée générale doit se tenir dans les 10 jours ainsi que des permanences à la Bourse du travail.

***

À Paris, dans la nuit du 5 au 6 mars, c’est la «cabane jaune» de place des Fêtes qui a été détruite par la police, sur ordre de la mairie.

En fin d’après-midi le mardi 19 mars, une manif sauvage à a réuni environ 200 personnes à l’appel de divers groupes de Gilets jaunes de Paris-banlieue, dans l’intention d’affirmer un soutien appuyé au projet de reconstruction de la cabane. La manifestation a commencé calmement au départ de la porte de Vincennes, puis, harcelée par la police au niveau de la rue de Bagnolet, elle a commencé à renverser un peu tout sur son passage (poubelles, mobilier urbain) et à attaquer quelques banques jusqu’à la place des Fêtes, où les flics ont fini par disperser tout le monde pendant une petite dizaine de minutes… 150 personnes se retrouvant finalement sur la place, avec pas mal d’énergie pour reconstruire une cabane, désormais modulable et amovible.

***

Les Gilets jaunes de l’aire du Pays de Gier à Saint-Chamond (42) avaient reçu l’ordre d’évacuer les lieux ce mercredi 20 mars. Ils ont préféré incendier la veille au soir. C’était, selon un article paru sur le site de France 3 Loire, le dernier rond-point occupé du département.

***

À Saint-Brevin-les-Pins (44), le rond-point occupé par les Gilets jaunes depuis mi-décembre, dans la zone commerciale de la Guerche, a été démantelé le 20 mars par des équipes du Conseil départemental, accompagnées de plusieurs gendarmes et d’un huissier. Des cabanes, guirlandes, réchauds, palettes, il ne reste plus rien.

***

LES QUESTIONS DE L’AUTO-ORGANISATION DE LA LUTTE, DES LIEUX POUR SE RENCONTRER ET S’ORGANISER, ET PLUS LARGEMENT DE L’ACCÈS AU LOGEMENT, SONT DES QUESTIONS CENTRALES POUR LES GILETS JAUNES. L’ÉTAT L’A BIEN COMPRIS EN ESSAYANT DE SAPER TOUTES LES INITIATIVES AUTONOMES DES GILETS JAUNES. SOLIDARITÉ AVEC TOUS LES LIEUX OCCUPÉS: CABANES ET AUTRES ! LA LUTTE CONTINUE

!https://fr.squat.net/

Brèves « Gilets jaunes », France : L’Etat alourdit son arsenal anti-insurrectionnel après les émeutes du 16 mars

[Immédiatement après les émeutes du 16 mars dans le Paris des riches, qui a été « le saccage de trop » pour l’Etat, le ministre de l’Intérieur a annoncé un nombre important de mesures anti-insurrectionnelles contre ce « mouvement qui n’existe plus » (sic). Quand la démocratie vacille et que le capital connaît des pertes financières comme il n’en a que très rarement connu (dépassant désormais de loin les émeutes de novembre 2005), elle n’hésite pas à militariser les villes, à terroriser les révoltés en les mutilant à vie (parfois en les tuant), à interdire tout rassemblement à certains endroits « critiques », à avoir recours à des marqueurs chimiques indélébiles… L’Etat franchit un cap en matière de répression en se dotant d’instruments de maintien de l’ordre encore jamais utilisés en manif ou dans les quartiers périphériques des villes.].

Sur la répression des émeutes de l’acte XVIII à Paris

Selon un bilan actualisé, 256 personnes ont été placées en garde à vue, à Paris, lors de l’ »acte 18″ des « gilets jaunes ». Parmi elles figurent 235 majeurs. 41 personnes seront déférées au parquet dans la soirée de lundi.

Dans le détail, 138 ont été déférés (58 comparutions immédiates le mercredi  20, 11 présentations à un juge d’instruction, 6 notifications d’une convocation devant le tribunal correctionnel, 7 CRPC, et 56 rappels à la loi par un magistrat du parquet où un délégué du procureur). Au total, 41 procédures ont été classées, dont 22 après rappel à la loi.
Trois personnes ont été convoquées en justice.

Enfin, 12 gardes à vue ont été levées, avec poursuite de l’enquête.

Et sept enquêtes ont été ouvertes pour les pillages de bijouteries

La police judiciaire de Paris a ouvert sept enquêtes différentes à la suite des nombreux pillages et dégradations commis samedi 16 mars sur les Champs-Élysées, lors de la manifestation des « gilets jaunes », a-t-on appris ce lundi.

Ces enquêtes concernent les vols et dégradations commis contre les magasins Bulgari, Mauboussin, Swarovski, Éric Bompard et Hugo Boss, ainsi que l’établissement le Fouquet’s et la banque Tarneaud (avenue Franklin Roosevelt). Dans ces dossiers, douze personnes ont déjà été interpellées samedi en flagrant délit et placées en garde à vue (une pour le magasin Bulgari, onze pour Swarovski).

Gare aux balances !

Quelques après les saccages de ce 16 mars, un passager a appelé les keufs en entendant un groupe de cinq gilets jaunes qui rentraient chez eux à Montluçon (Allier) discuter dans le train de leur récolte d’objets, bijoux et vêtements expropriés chez les riches des Champs. Les flics ont réagi très vite et les ont arrêtés dès l’arrêt suivant à Fleury-les-Aubrais. Les cinq « gilets jaunes » (quatre femmes et un homme) affirment avoir seulement « récupéré les objets ». Elles ont été inculpées pour « recels » et comparaîtront le 3 juin devant le tribunal.

Les nouvelles mesures annoncées lundi

Les lieux systématiquement concernés par les émeutes, à commencer par les Champs-Elysées à Paris, la place Pey-Berland à Bordeaux ou celle du Capitole à Toulouse seront interdites de manifestation aux « gilets jaunes » dès lors que les menaces de violences se feront jour. « Nous interdirons les manifestations se revendiquant des  »gilets jaunes » dans les quartiers qui ont été les plus touchés, dès lors que nous aurons connaissance de la présence d’éléments ultras et de leur volonté de casser », a détaillé le Premier ministre.

Par ailleurs, Édouard Philippe a annoncé avoir demandé à la Garde des Sceaux « d’augmenter très nettement le montant de la contravention en cas de participation à une manifestation interdite ». Actuellement les personnes qui se rendent à un rassemblement interdit encourent une amende d’un maximum de 38 euros, tandis que les organisateurs sont eux passibles de six mois d’emprisonnement et 7 500 euros d’amende. Ce montant passerait à 135 euros, selon Matignon.

Tout un éventail de mesures sera mis en place – recours à la vidéo, aux drones, aux produits marquants, appelés « PMC » (cf ci-dessous) – et la tactique policière sera modifiée pour endiguer la révolte. Ce dispositif a été décidé lors d’une réunion lundi matin à l’Elysée, en présence des ministres concernés et d’Emmanuel Macron. Le gouvernement compte aussi sur la loi anti-casseurs, actuellement examinée par le Conseil constitutionnel.


Les « PMC » (« Produits de Marquage Codés »)

Parmi les mesures anti-émeute annoncées lundi par le Premier ministre suite à celle de samedi sur les Champs-Elysées, figurent les marqueurs chimiques de vêtements mais aussi de peau, cheveux, poils, etc (ce sont deux techniques différentes).

Tiré du Figaro, 19/03/2019: « Castaner a différencié mardi matin deux types de marqueurs: «Le premier est un marqueur coloré qui fait que si vous êtes marqué au moment d’une infraction par exemple et qu’on vous retrouve deux heures plus tard dans le métro, il est plus facile de faire un lien».

Le second type de marquage codé est un «marqueur transparent qui fait que quelques semaines plus tard, si l’enquête aboutit à penser que c’est vous qui êtes en responsabilité, que vous êtes interpellé, on va retrouver des traces», selon le ministre de l’Intérieur. D’après le pôle judiciaire de la gendarmerie nationale, les produits de marquages codés (PMC) sont des dispositifs indétectables à l’œil nu, inodores et incolores (non-toxiques) permettant le marquage des biens, des personnes et des lieux. Mais à ce stade, le PMC n’est encore utilisé que sur du mobilier, ou pour la sûreté d’un bâtiment.

Interrogé par Le Figaro, Maître Thierry Vallat, avocat au Barreau de Paris, indique que le code, intégré dans la substance, permet un marquage spécifique d’une localisation à un moment donné. Par exemple, si vous êtes aspergé devant un établissement, à une heure précise, le code intégré au produit le prouvera. En effet, «le marquage peut rester sur la peau pour plusieurs semaines, sur les cheveux pour six mois, et les habits sont quant à eux marqués à vie», confirme l’avocat.

La précision de Castaner sur France Inter, mardi 19 mars.


Lyon (Rhône) : Un antifasciste arrêté pour l’attaque d’un véhicule de police à La Part-Dieu – 13 mars 2019

« Un jeune homme de 17 ans a été interpellé, ce mercredi [13 mars], dans le foyer où il réside, à Ambérieu-en-Bugey, dans le département de l’Ain, pour avoir dégradé un véhicule de police, à Lyon, lors de l’acte XV de la mobilisation des Gilets jaunes, le 23 février dernier. Il a été identifié comme ayant participé à la dégradation d’un véhicule de police dans le 3e arrondissement de Lyon, avec un autre individu interpellé sur le coup. Après l’arrestation d’un premier individu, « la cellule « gilets jaunes » de la Sûreté départementale poursuivait ses investigations aux fins d’identification du second individu, écrit la préfecture. Après le visionnage de vidéos de multiples sources, il leur était possible de le retrouver à visage découvert et ainsi de l’identifier. » 

Lors de l’Acte XV des Gilets Jaunes, samedi 23 février 2019 à Lyon, une manif sauvage avait déambulé dans le IIIè arr. après la fin de la manifestation. Les révoltés « s’en étaient pris à un véhicule de police garé devant le bâtiment de la Police aux frontière. Vitres brisées, rétroviseurs arrachés, carrosserie enfoncée… les réparations serait chiffrées à 6000 euros selon la préfecture. Sortis du bâtiments, les policiers avaient ensuite été visés par des jets de projectiles. Le cortège avait ensuite pris le chemin du centre commercial de la Part-Dieu où quelques vitres avaient été abîmées. Le jeune homme, qui se présente comme un militant antifasciste, a été présenté à un juge d’instruction, ce jeudi. Il a reconnu les faits. »


Les députés sous protection renforcée

Gilets jaunes : une note de la police demande de renforcer la protection des parlementaires (Le Parisien, 18 mars 2019)

On apprend donc que vendredi 15 mars, à la veille d’une nouvelle journée d’émeutes, une note a été envoyée à tous les comicos de France de renforcer la sécurité autour des domiciles d’élus et de députés du parti de la majorité.

« Le directeur de la sécurité publique demande donc à ses troupes « une surveillance dynamique (NDLR : des rondes et patrouilles) autour des domiciles et des locaux professionnels », qui pourront aussi faire l’objet au préalable de « diagnostics de sécurité ». La note transmise à tous les commissariats de France insiste aussi sur l’impérative réactivité des services de police, en « communiquant à l’élu un numéro de téléphone dédié […] permettant un suivi opérationnel immédiat ». Le télégramme demande aussi que « pour les situations d’urgence, l’inscription des coordonnées de l’élu dans les outils de gestion des appels d’urgence » soit effectuée, ce qui permettra d’identifier tout de suite que c’est bien l’élu qui appelle en cas de problème. »


Les intellectuels collabos

Bien que sous pression après le saccage samedi des Champs-Elysées qui a relancé la crise des « gilets jaunes », Emmanuel Macron a reçu dans la soirée de ce lundi 18 mars à l’Elysée une soixantaine d’intellectuels pour échanger dans le cadre du grand débat. Ces universitaires, économistes, spécialistes des sciences humaines ou de l’environnement débattront avec le chef de l’Etat « des principaux défis et enjeux d’avenir auxquels la France est confrontée », selon la présidence.

Cette réunion, qui a débuté à 18 h 20, est animée par Guillaume Erner, producteur de la tranche matinale de France Culture, qui se présente comme « le média de la vie des idées » et qui la retransmettra en direct.

Parmi les personnalités attendues figurent les philosophes Marcel Gauchet, Souad Ayada, Frédéric Worms et Monique Canto-Sperber, les sociologues Jean Viard et Michel Wieviorka, le psychiatre Boris Cyrulnik, l’historien Benjamin Stora, le climatologue Jean Jouzel, les économistes Philippe Aghion et Jean Pisani-Ferry, ainsi que les prix Nobel Serge Haroche et Jules Hoffmann. Gilles Finchelstein (Fondation Jean Jaurès), Thierry Pech (Terra Nova) et le mathématicien Cédric Villani, également député La République en marche), sont eux aussi invités.


L’ordure du moment

Eric Delbecque, Chef du pôle intelligence économique de l’IFET (Institut pour la Formation des Élus Territoriaux), auteur du livre « Les Ingouvernables » (Grasset, sorti le 6/03) ne cesse de s’étaler dans les médias depuis la sortie de son bouquin, comme un spécialiste de l’ultragauche. Il a été conseiller auprès du ministre de l’Intérieur de 2009 à 2012, et enseigne notamment à l’École des officiers de la gendarmerie nationale. Il est aussi ex-chef du Département sécurité économique de l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ). Ayant lu les « bonnes feuilles » de son bouquin (dispos sur le site de Grasset), non seulement il écrit super mal, mais c’est aussi un vrai bouffon.

Présentation de son livre : « Éric Delbecque s’est plongé dans les arcanes de l’ultra-gauche. Entre black blocs, zadistes et autres militants ayant renoncé à l’utopie pour la violence, la France de ceux qu’il nomme les « ingouvernables » »

Voici un exemple de ses interventions :

  • Huffington Post, 18/03
    hxxps://www.huffingtonpost.fr/eric-delbecque/les-black-blocs-ne-sont-pas-des-gilets-jaunes-radicalises-voici-pourquoi_a_23694729/
  • Le Point, 13/03
    hxxps://www.lepoint.fr/societe/eric-delbecque-une-nouvelle-revolution-francaise-est-envisageable-13-03-2019-2300679_23.php

6.000 voitures et 4.000 commerces « dégradés » depuis le début (sans compter la journée du 16 mars)

Le coût des dégradations commises depuis le début du mouvement des « Gilets jaunes », le 17 novembre dernier, sans compter les dégâts de samedi dernier, s’élève à environ 170 millions d’euros, a annoncé lundi le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire.

« L’ensemble des déclarations de sinistres représente environ 170 millions d’euros », a déclaré Bruno Le Maire sur la base de chiffres fournis par la Fédération française de l’assurance, excluant le samedi 16 mars. « C’est 10.000 déclarations de sinistres sans compter les déclarations de samedi », a-t-il ajouté, précisant qu’elles concernaient 6.000 voitures et 4.000 commerces.

En comptant le samedi 16 mars, les dégâts atteignent les 200 millions d’euros (soit 30 millions rien que sur la journée).

lire sur Sans_Attendre avec la mise à jour

LE VRAI « DRAME DE CONDE-SUR-SARTHE », C’EST l’ EXISTENCE MÊME

 

envolee.net

Les prisonniers et leurs familles pris en otages

Résultat de recherche d'images pour "fier d'être maton"

 

 

« Avec cette lettre motivée, je viens à vous qui êtes à l’extérieur afin de faire entendre nos voix. Je suis un des détenus longues peines de France actuellement incarcérés dans une des maisons centrales (MC) ou quartiers maison centrale (QMC) telles que Valence, Réau, Condé-sur-Sarthe et Vendin-le-Vieil. Ces nouvelles structures sont en fait des QHS (quartiers de haute sécurité) ou des QSR (quartiers de sécurité renforcée). Les nouvelles prisons françaises sont copiées sur le format canadien, et se dirigent vers l’américanisation. Ces systèmes pénitentiaires ultradurs sont basés sur des fonctionnements répressifs et pervers. Nous sommes passés de personnes détenues à bétail. Certains diront aussi : cobayes. Nous ne sommes pas considérés comme des humains, ni des citoyens. Torture psychologique, psychique, voire même physique lors des fouilles à nu qui sont pourtant interdites et abusives. (…) L’oppression, la frustration, la stigmatisation mises en place par la pénitentiaire, la sursécurité font que certains craquent parfois, et les rares fois où des violences sont commises sur le personnel, elles sont surmédiatisées par les syndicats FO et CGT Pénitentiaire, nous faisant passer pour des gens dangereux, violents et mauvais aux yeux de la société. (…) Les bâtiments sont neufs, et modernes, mais le fonctionnement et les règlementations internes sont indignes. Nous voudrions, si des personnes se sentent de nous aider, continuer à dénoncer les conditions de détention et les fonctionnements archaïques type QHS/QSR des établissements cités dans cette lettre. Alors multipliez les manifestations devant ces lieux et devant les ministères concernés. Avec médias à l’appui, comme eux le font systématiquement contre nous. Que les détenus se réveillent aussi, car cela ne va faire qu’empirer pour nos proches et nous-mêmes. »

Romain L.

Cette lettre a été écrite en juin 2017 du centre pénitentiaire de Condé-Sur-Sarthe, prison dont  la presse ne se ressouvient que depuis quelques jours. Un prisonnier y répétait ce que les premiers prisonniers enfermés dans ce QHS moderne disaient déjà en 2013, quelques mois après son ouverture ; le N°39 était entièrement consacré à la publication de leurs témoignages. Comme sa petite sœur de Vendin-le-Vieil, ouverte deux ans plus tard, Condé a été placée dans une région dévastée par l’industrie puis par la désindustrialisation. Ces prisons sont destinées à l’enfermement ad vitam des prisonniers qui ont à faire des « peines infaisables ». Des prisonniers à qui les cours d’assises n’ont même pas eu la « politesse des bourreaux » de laisser l’espoir d’une possible sortie. Des prisonniers considérés comme les plus rétifs, dont la plus grande faute est bien souvent de ne pouvoir se résoudre à être enfermés ; ce qui leur vaut de prendre des peines supplémentaires à l’intérieur.

Le 5 mars, un prisonnier et sa femme auraient attaqué deux matons dans l’unité de vie familiale (UVF) de Condé-sur-Sarthe et s’y seraient retranchés jusqu’à l’intervention des policiers du Raid. Ceux-ci ont blessé le prisonnier et abattu sa compagne. L’usage du conditionnel s’impose car la seule version dont nous disposons est celle des matons et des policiers cagoulés eux-mêmes, celle que les médias se sont empressés de reprendre en chœur : le prisonnier condamné à une peine de vingt-huit ans d’enfermement se serait radicalisé en prison, et il aurait attaqué les surveillants pour des motifs religieux. La ministre des tribunaux et des prisons, Nicole Belloubet, a parlé d’une « attaque terroriste », et la section antiterroriste du parquet de Paris s’est saisie de l’enquête.

Une version au mieux simpliste et partielle, puisqu’elle fait abstraction des conditions dans lesquelles l’attaque –supposée !- se serait produite, c’est-à-dire les conditions d’enfermement insupportables dénoncées par tous les prisonniers de Condé… Et peut-être fausse : la « radicalisation » du prisonnier pourrait aussi bien avoir servi à maquiller une simple embrouille de fin de parloir qui a dégénéré, comme c’est fréquemment le cas à Condé. Il y a quelques semaines encore, nous relayions à l’antenne de L’Envolée (sur FPP, 106.3, tous les vendredis de 19 heures à 20 h 30) le récit des provocations et des brimades subies par la compagne d’un prisonnier qui s’est vu refuser l’accès au parloir et suspendre son permis parce qu’elle a répliqué. Une seule chose est certaine : c’est que l’unité d’intervention a abattu la compagne du prisonnier en entrant dans l’UVF. Là-dessus, la presse préfère glisser rapidement.

Ce qui est sûr, aussi, c’est ce que les matons veulent faire de cette tragédie le fait divers qui fera aboutir leurs sempiternelles revendications. En décembre 2017 et janvier 2018 déjà, ils avaient pris prétexte d’une « agression terroriste » pour lancer le mouvement de blocage des prisons le plus dur depuis des années. N’ayant pu obtenir la revalorisation de leur statut -en gros, ils veulent autant d’argent et le même équipement répressif que leurs grands frères policiers-, ils essayent de remettre le couvert depuis décembre 2018. Au moment où les flics peuvent se vanter de réprimer sans aucune retenue les mobilisations des gilets jaunes, et ont obtenu une prime à la matraque sur la simple menace d’un mouvement de grève, les matons se sont saisis du prétexte terroriste pour booster une mobilisation qui piétinait depuis des semaines.

En dépit des airs qu’ils se donnent, des feux de palettes qu’ils allument, des gilets jaunes qu’ils enfilent parfois devant les caméras, les surveillants ne sont pas des travailleurs précaires comme les autres ; et leur mouvement « social » est surtout corporatiste  et fasciste. Toutes leurs revendications sans exception visent au durcissement de la répression. D’ailleurs les gendarmes qui viennent quotidiennement disperser leurs blocages pour qu’un peu de nourriture puisse tout de même rentrer ne s’y trompent pas : ils les gazent au-dessus de la tête, les manipulent avec une sollicitude inhabituelle… On les a même vus, après, se faire des checks comme des footballeurs d’équipes adverses à la fin du match.

Cette pantomime a déjà permis de remettre en avant les revendications phares des #MatonsQuiPleurent : rétablissement des fouilles à nu systématiques –rappelons au passage que si elles sont limitées par le droit en théorie, elles n’ont en fait jamais disparu d’aucune détention- , autorisation de la palpation des proches lors des visites même si les détecteurs n’ont rien décelé d’illégal, multiplication des unités cynophiles, Statut d’OPJ, obtention de Tasers… La revalorisation d’un métier qui a du mal à trouver des candidats au concours -et on comprend pourquoi-, passe exclusivement  par l’obtention de moyens légaux et techniques de réprimer plus et mieux. Les négociations sont en cours : le patron de l’AP propose, la ministre discute, les matons sont déçus… mais quoi qu’ils obtiennent cette fois-ci, ce sera toujours aux dépens des prisonniers et de leurs proches.

En attendant, le blocage de Condé continue, et aggrave encore tragiquement les conditions d’une privation de liberté déjà insupportable. On aimerait bien que les journalistes, si prompts à parler de prise d’otage dés que des cheminots font une demi-journée de grève, osent titrer :  « LES PRISONNIERS ET LEURS FAMILLES PRIS EN OTAGE ! » Car c’est bien de ça qu’il s’agit : confinement en cellule, fin des activités, absence de travail, suppression des cantines, des parloirs, de la distribution du courrier, la coupure des lignes téléphoniques, et des réseaux… Ça fait maintenant plus de dix jours que les enfermés de Condé-Sur-Sarthe sont coupés du monde.

Comme le dénonce le syndicat PRP, des familles qui avaient fait des centaines de kilomètre pour voir leur proche se sont vues refouler et railler sur le parking par les matons qui ne les laissent même pas accéder à l’abri familles. Certains continuent cependant à se rendre au parloir tous les jours. Ils ne veulent rien lâcher, et demandent aux matons pourquoi ils ne prennent pas plutôt leur courage à deux mains pour aller bloquer le ministère de la justice, leur employeur. Pour certains proches, les matons cherchent vraiment à ce que ça pète à l’intérieur.

A part un petit nombre de familles qui ont pu échanger quelques mots au téléphone avec leur proche au début de cette semaine, aucun témoignage n’est sorti pour l’instant. Par le biais de leur avocat Me Benoit David, deux prisonniers ont tout de même réussi à porter plainte au tribunal administratif contre les traitements inhumains que le blocage de la prison leur fait subir : Jeudi 14 mars, le juge des référés du tribunal administratif de Caen a considéré que la « dégradation des conditions de détention au centre pénitentiaire de Condé-sur-Sarthe n’était pas d’une gravité suffisante pour constituer une atteinte grave et illégale. »

Une fois de plus, l’institution judiciaire et pénitentiaire, celle-là même qui marque les prisonniers du sceau infamant de la « dangerosité », se rend directement responsable de la dite dangerosité ; c’est elle qui la fait naître. La prison remplit ainsi pleinement sa fonction d’élimination sociale. Ces taules de Condé et de Vendin visent à permettre au système pénal de tenir ses promesses ; même au risque de se prendre les pieds dans le tapis des peines infinies qu’il a lui-même prononcé. Même si ces peines sont infaisables. On est loin des doctes péroraisons des experts en radicalisation qui permettent d’occulter totalement cette réalité pénitentiaire !

A l’heure où nous publions ce texte, nous apprenons que la police, appuyée par le Raid, a fait une descente dans la prison de Condé et que cinq prisonniers ont été placé en garde à vue. Nous continuerons à faire connaître ce qu’il se passe à Condé dès que nous disposerons de plus d’informations sur ces nouvelles représailles.

SOLIDARITE AVEC LES PRISONNIERS DE CONDE-SUR-SARTHE ET LEURS PROCHES !

Des proches de prisonniers enfermée à Condé appellent à  un rassemblement devant la prison de Condé-Sur-Sarthe à partir de vendredi  22 mars à  13 heures pour soutenir les familles et les prisonniers pris en otage par le blocage des surveillants.

VENEZ nombreux et nombreuses !!!

nous on relaie car on a parlé de cette taule lors de la discut du 14 Mars ,ce qui nous a permis d’amener une solidarité financière à une proche d’un prisonnier de condé sur sarthe.. La solidarité ne peut être contenu par cette adjectif..

C’est  aussi la  ministre de la justice,qui a pensé ce Décret n° 2019-98 du 13 février 2019 modifiant les dispositions réglementaires du code de procédure pénale relatives au régime disciplinaire des personnes détenues.

 

Crest,Drôme : une voiture ciglée Vinci abîmée

(communiqué recu par mail)

A Crest, nos marteaux ont redécoré une voiture de la multionationale du crime

Communiqué de revendication

Dans la nuit des morts qui reviennent à la vie, du 31 octobre au 1 novembre, le vent de la tempête et des rafales de pluies ont réveillé nos ardeurs. Vers 4h du mat, nos joues étaient rouges de colère et nos marteaux avaient faim.

A Crest, dans la Drôme, une voiture siglée Vinci, innocemment garée dans une rue sans caméras ni flics de passage, près de Carrefour centre ville, s’est offerte à nos gestes révoltés. Sa carcasse blanche s’est faite d’abord redécorée à la bombe noire :

  • Ni Cigeo
  • Ni CGO
  • ni prisons
  • Vinci dégage !

Ensuite, nos marteaux ont caressé sa tôle, les deux vitres des portières avant ont explosée joyeusement, et le pare brise s’est fendu la gueule, un phare avant n’éclairera plus les chantiers inutiles et destructeurs ni ici ou ailleurs. Puis, satisfaits, même si nos marteaux réclamaient plus -des camions, des usines, des machines…- nous sommes repartis silencieusement dans la nuit, pour rejoindre le torrent en crue et nous joindre intimement à ses flots en furie.

Ce geste n’est qu’une petite égratignure, mais qui sait parfois une petit coupure s’infecte, ça purule, la gangrène s’y met, et c’est tout le bras qu’il faut couper. Et puis, avec un peu de chance, le monstre entier est contaminé, il pourrit sur pied et retourne à la poussière.

Solidarité avec toutes les résistances contre ce système infernal, à Bure, à Strasbourg, à l’Amassada, à Nddl, contre les centre de rétentions et toutes les infrastructures de mort. Solidarité avec tous les rebellEs, seulEs ou en meutes ingouvernables, qu’iels cassent, qu’iels aiment, qu’iels volent, qu’iels construisent ou qu’iels crient en silence. Tuons partout les monstres avant qu’ils nous tuent pour de bon.

Signé ; des arbres, des écureuils, des sources, des papillons et des tritons

PS : condoléances aux familles de la voiture

Autoportrait en cagoule Georges Courtois, malfaiteur professionnel

jef klak

Il y a 30 ans, le 19 décembre 1985, Georges Courtois, Karim Khalki et Patrick Thiolet prenaient la cour d’assises du Tribunal de Nantes en otage. Revolvers et grenades au poing, ils convoquent les caméras de FR3 pour renverser la vapeur : pendant 34 heures, au lieu d’être condamnés ce jour pour de petits braquages, ils font en direct à la télévision le procès de la société carcérale dans laquelle ils se trouvent piégés.

Préférant la prison pour un mot juste qu’une liberté à demi-mot, Georges Courtois a passé plus de la moitié de sa vie enfermé. Il raconte ici son parcours de malfaiteur professionnel et d’homme de lettres malicieux.

Dernière et triste évasion. Dans la nuit du 16 au 17 mars 2019, dans son appartement de Quimperlé, Georges Courtois est parti dans les flammes. Le carnaval est terminé, adieu canaille.

Ce texte est extrait du numéro 2 de Jef Klak, « Bout d’ficelle », dont le thème est Coudre / En découdre et toujours disponible en librairie.

Extraits d’entretiens avec Georges Courtois, malfaiteur professionnel, par Clémence Durand et Ferdinand Cazalis, 2min32

« On dit les années 1960, les Trente Glorieuses, tout ça, mouais… Pour moi, c’était pas très glorieux. J’allais au foyer municipal, que j’appelais la « patate électrique », je ne sais plus pourquoi, et je chopais des tickets d’alimentation de la mairie. Les bleus pour la viande, les jaunes sans viande, mais avec ma sœur, on se faisait toujours éjecter de la file des bleus. On avait du ragoût de mouton sans viande, sandwich beurre-jambon sans jambon, avec margarine. Alors un jour, je devais avoir 11 ans, j’ai volé le vélo du boucher : il avait une petite roue devant et son panier plein de barbaque. Il était un peu surdimensionné pour le branleur que j’étais, fallait que je pilote à travers le cadre, du coup, je me suis pris une gamelle et le boucher m’est tombé dessus : « Dis donc, petit enculé ! » Hop, à la taule.

Je disais à ma mère que j’allais faire les courses, elle voulait pas que je vole, mais quand je ramenais la viande, elle la faisait cuire quand même. Ç’a toujours été comme ça, elle ne se préoccupait pas de savoir d’où venait l’oseille. Donc à cet âge-là, pour un vélo, j’ai fait mes premiers stages d’enfermement. Et puis après, faut dire que dans l’institution je ne suis pas tombé sur les bonnes personnes : des enculés qui m’ont détruit ma vision sociale, qui m’ont empêché de finir mes études ; ils m’ont mis dans des trucs contraignants, répressifs. Dès le départ, j’étais toujours ramené à ce qu’ils voulaient : ils ont décidé que je serais plombier et ils ne m’ont plus lâché avec cette idée durant toute ma jeunesse. Moi, j’ai jamais voulu faire ça, à l’époque je voulais être ingénieur, ça marquait bien.

En 1961, j’ai été placé à Bordeaux, au Prado : c’était un orphelinat au départ et un bagne pour enfants par la suite, comme à Belle-Île1. Là, c’était chaud. Les éducateurs ont ramené un mec d’Algérie, un sergent : quand tu passais à l’interrogatoire, t’y passais bien. C’était terrible, ces gens-là étaient quasi des tortionnaires. Alors quand t’arrives à te tirer de là, tu vas visiter une maison à côté, pour piquer deux-trois trucs à revendre et te faire la grande vie. Y’avait 280 mecs là-dedans : 200 comme moi qui faisaient l’objet d’un placement judiciaire et 80 qui étaient en placements familiaux. Ceux-là, ils restaient une semaine, et hop ils passaient en équipe A, avec nous. Forcément, ils allaient voler des voitures avec nous, donc ils se faisaient serrer !

Il y avait un mitard, avec deux pièces, une plus basse que l’autre. Ils te mettaient là, et ils envoyaient la flotte. L’eau arrivait par les trous, quinze centimètres d’eau et tu restais debout toute la journée les pieds glacés. « Tu peux t’asseoir si tu veux », qu’il disait l’autre gradé. Sur le coup, je trouvais ça rigolo, on s’en amusait plus qu’on en souffrait, mais avec le recul, faut vraiment être des enculés pour faire ça à des gosses.

Avec les potes, lors de nos escapades, il y avait le phénomène d’entraînement, une espèce d’émulation. Tu ne pouvais pas te montrer faible, quand t’étais invité à un coup tordu, fallait y aller, quoi. La moyenne, c’était 14-16 ans, que des mecs terribles qui avaient fait les 400 coups, des asociaux économiques, avec leurs parents au chômage et tout. Ma vie, aujourd’hui, je la raconte pas pour faire joli. C’est une escalade, c’était obligé que ça finisse comme ça. Quand j’avais 14-15 ans déjà, je savais qu’un jour je ferai un truc terrible. Je me voyais déjà avancer dans le ravin.

Cambrioleur de jour

En 1964, ils m’ont envoyé prendre mes quartiers à la maison d’arrêt de Niort. Je sors en 1965, j’avais 18 ans et je rencontre Chantal un an plus tard, qui deviendra ma femme. J’étais jeune, souvent absent pour « raisons professionnelles ». J’ai eu l’honnêteté de lui expliquer que ça allait se passer comme ça, que j’avais déjà été en prison, que je risquais de disparaître de temps en temps. Elle a dit OK, ça s’est bien goupillé, j’ai été faire six mois de prison par-ci, un an par-là, et puis on a décidé d’avoir des enfants. Je lui ai dit que ça allait continuer quand même, on a été heureux. Elle a élevé nos enfants dans ça, elle ne leur a jamais dit que j’étais à l’hôpital ou en train de travailler, mais que j’étais en prison. Ils ont machiné ça comme ça, idem pour mes petits-enfants qui ont toujours su que Papy était un gangster. Chantal, ça lui a pas fait une vie facile, avec les gamins à s’occuper toute seule et moi qui sortais un peu déphasé de temps à autre, mais elle a été une femme épatante2.

Mon vieux est mort à 39 ans, relativement jeune. En vrai, mes seuls rapports avec lui étaient de répression. Je sais pas pourquoi il était comme ça, parce que c’était un bon mec dans le fond. Il a essayé de m’entraîner dans le monde du travail avec lui, quand je suis sorti du placard à 18 ans. Moi, j’avais besoin de respirer un peu, puis finalement je lui ai dit que ça ne m’intéressait pas ses machins maritimes. À cet âge-là, il ne déconnait plus, il ne s’avisait plus de me mettre la main dessus, sinon je l’aurais dérouillé. Mais quand j’avais 13-14 ans, fallait voir, il était sans pitié le mec. Et puis sur un chantier à Rochefort, il y est passé, accident de travail, tombé du haut d’une grue. Ça m’a passé définitivement le goût du salariat. Des années après, je suis quand même aller emmerder son entreprise, fusil au poing, pour récupérer la pension pour ma mère, sinon ils lui auraient rien filé.

Bref, du coup, j’ai bougé à Paris et peu à peu, j’ai fait mes classes. J’étais quand même respectueux des gens, tout en les volant ou les dérouillant. J’étais voleur par nécessité, ce n’était pas tout à fait le même état d’esprit qu’aujourd’hui, tu n’avais pas de besoins grandioses à l’époque. Pas besoin de survêt’ dernier cri, d’ordinateur… Assez vite, je me suis mis cambrioleur de jour. On faisait les magasins : boucheries, boulangeries, charcuteries, poissonneries. On travaillait tous les midis, sauf le jeudi, le samedi et le dimanche. On faisait les commerces où le mari et la femme travaillaient. La femme derrière la caisse, et le mari derrière l’étal. On regardait leur nom sur la porte, on allait dans le couloir à côté, et on les cassait chez eux pendant qu’ils travaillaient bien comme il faut. On leur prenait au moins leur recette de la veille. Pas grand-chose, mais on en faisait cinq ou six dans la journée.

Après, je me suis mis casseur de meubles, mais de châteaux seulement, hein. Là, y’avait de l’oseille. Je me suis fait des célébrités : l’ancienne propriétaire d’Une de Mai, le trotteur qu’a gagné le Prix d’Amérique ou la comtesse de Montesson, qu’était maquée avec le baron de Redé ; comme on était en forme, on les a cassés tous les deux le même jour : unis dans le bonheur comme dans le malheur !

Ça a duré de 1967 à 71, je travaillais sur commande. Je connaissais des fourgues italiens aux puces de Clignancourt. Ils avaient un mec déguisé en employé EDF, et un autre en costard. Avec leur voiture bleue volée, ces deux-là repéraient les châteaux et faisaient des « contrôles de sécurité des demeures de plus de cent ans », visitaient de la cave aux combles, et récoltaient des informations : « Les propriétaires ne viennent que deux fois dans l’année, ah bon, et la prochaine fois, ce sera quand ? » Pendant la visite, ils faisaient l’inventaire de tous les meubles du château, puis donnaient la liste aux Ritals des puces. Deux ou trois mois après, ils convoquaient une équipe. On ne se connaissait pas : « Demain soir, telle adresse, vous ramenez ça. » Ils louaient des camions, nous demandaient de voler les mêmes et mettaient les plaques des camions loués sur les volés pour faire la route, parce qu’en cas de problèmes, tu jetais les papiers et la plaque, et tu laissais le bordel fauché sur place. Fallait voir ça, ils te filaient 600 000 balles au cul du camion quand t’arrivais avec le chargement !

En 1973, Carman Rives, un bon pote que j’avais rencontré gamin au Prado, dans la prison pour mômes, est arrêté pour avoir allongé un vigile. Moi, j’avais fait 19 mois de préventive pour le trafic de meubles, mais j’ai fini par obtenir un non-lieu. À ma sortie, je décide alors de braquer une armurerie, et avec le frère de Carman, on se met en route pour le libérer. Mais le frangin a pris peur que son aîné le moleste un fois dehors, car il lui avait fait quelques crasses. Le branleur m’a donc dénoncé aux flics, qui m’ont serré et mis sur le dos une belle liste de délits, dont le braquage de l’armurerie. Je retourne donc aussi sec en préventive.

Dans les prisons de Nantes

En 1974, je faisais une licence de droit à la maison d’arrêt d’Angers, quand il y a eu les mutineries. Ç’a été les pires, avec les prisons qui brûlaient et pas mal de morts parmi les prisonniers3. En réalité, ce genre de choses, ça se passe dans une ambiance de fête. Je veux dire, personne n’est conscient de la gravité. Il y avait déjà la radio et la presse quotidienne dans les prisons, donc on savait tout ce qui se passait ailleurs : quand ça en attaque une, c’est fini, les autres s’y mettent aussi.

Y’a des mecs qui subissent des trucs sévères en prison, et pour eux, c’est chaud, ils finissent dans un état lamentable. Moi, j’ai toujours essayé de me mettre en isolement, pour avoir la paix. Je me disais que l’enfermement, c’est comme un sportif qui a un accident grave et se retrouve sur le banc : il ne regrette pas. Il vit pas son handicap comme une fatalité terrible, mais il le lie à ce qu’il aimait faire. Donc ça atténue le truc.

En taule, j’ai croisé du beau monde. Le gang des Lyonnais, la French Connection, et tout le bordel. Ils voulaient pas avoir affaire avec des gens comme moi et ceux que je fréquentais à l’époque, des électrons libres. Moi, je rentre dans un bar et je peux ouvrir le feu, j’en ai rien à foutre, mais eux, ils veulent pas de ça, tu vois ? C’est des diplomates, des hommes d’affaires en réalité, ils négocient le mouvement. Ils t’envoyaient des émissaires : faut pas déconner, faut pas faire des trucs comme ça, ça la fout mal quand même, etc. D’ailleurs, y’a un inspecteur de police qui est venu un jour au tribunal et le président lui a demandé : « Qu’est-ce que vous pouvez nous dire de M. Courtois ? » Il a répondu : « On peut rien dire, parce que, vous comprenez, M. le président, les comme lui, ils font pas partie du milieu traditionnel. C’est très difficile de savoir quelles sont leurs activités criminelles exactes. » Le président l’a repris : « Parce que vous voulez dire que s’il faisait partie du milieu… » « Ah ben, l’autre a dit, même le chien du commissaire connaît tout des activités du milieu traditionnel. »

Les prisonniers politiques, je les aimais bien, mais le problème, c’est que c’est des mecs qui vivent en prison, complètement à part. Les gars de l’ETA ou plus tard d’Action directe, c’est des militants, donc des martyrs de la révolution. Ils ne sont pas concernés par ce que j’appelle le côté social et répressif de la chose, parce qu’eux sont quasiment volontaires. Et puis fallait pas entamer une discussion, parce que là, ils n’y étaient plus du tout. Enfin, c’est toi qui n’y étais plus, ils t’attaquaient sur le prolétariat, ils te sortaient le livre, et là, t’en pouvais plus. Le gangster de base ou le mec qui est en prison pour un braquage de supermarché, il n’en a rien à foutre de Marx et de Proudhon. Les politiques, c’est des gens très conviviaux, ceci étant dit, mais si tu veux discuter du sens de la justice par exemple, ils ne parlent pas le même langage que toi, c’est pas la même justice pour eux. C’est pas le délinquant, comme moi, qu’on a traîné en prison d’année en année. C’est des gens victimes d’un système politique, pas d’un système social. Ça pourrait se rejoindre, finalement, mais c’est pas le même truc, pas la même perception de la répression.

Les lettres d’insultes

À l’époque des émeutes de 1974, les gardes mobiles viennent me chercher à la prison d’Angers, ils tuent mon chat en l’éclatant contre un mur – ouais, j’avais un chat qui s’appelait Perpète et que le directeur avait bien voulu me laisser –, ce qui me fout passablement en rogne, et ils m’emmènent à Rennes. Là, je commence à trouver que ma préventive dure un peu longtemps : 15 mois sans nouvelles, quand même ! Je décide d’interpeler le procureur pour lui dire que ça commence à bien faire et lui demander la tenue de mon procès. Il me répond laconiquement qu’il ne désire plus que je lui écrive. Là-dessus, j’apprends que mon pote Carman Rives est condamné à perpétuité pour le meurtre du vigile. On avait eu de bons moments, et l’idée qu’on l’enferme en vie, ça m’a foutu les boules. C’est alors que commence ma carrière d’insulteur. Une belle carrière.

Bon, là, c’est pas passé. Des lettres d’insultes, les magistrats, ils en reçoivent à la pelle, mais le plus souvent, ce sont des insultes animales. Les miennes, ils ont dû sentir qu’elles étaient un peu à leur niveau, et même peut-être un peu au-dessus, et alors ça, c’est pas passé.

L’article 222 du code pénal de l’époque qui régissait ce genre de cas (« Outrage à magistrat par écrit, non rendu public, à l’occasion de l’exercice de leur fonction ») prévoyait une peine de deux ans de prison, mais qui n’était jamais appliquée. Sauf dans mon cas. J’ai pris le max, avec un bonus d’un an en appel : le procureur n’a pas vraiment apprécié que je l’appelle « Kojak ».

Or il y a un principe qui s’appelle la confusion des peines : les outrages, ça passait en correctionnelle, les crimes qu’on me reprochait, eux, passaient aux assises. Du coup, toutes les condamnations qui pouvaient m’être données pour les lettres d’insultes seraient, je le savais, un jour ou l’autre confusionnées dans mes condamnations pour braquage. Open-bar, quoi. Si un juge refusait à ma femme les visites, hop, lettre d’insultes et procès : au moins, je voyais ma femme, je lui faisais un coucou et j’en profitais pour m’amuser un peu devant le tribunal. S’il fallait élaborer un plan d’évasion pour quelqu’un et le faire déplacer à la cour, rebelote : lettre d’insultes.

À tel point qu’un jour au Palais, un mec en costard vient me voir en me disant : « Je suis le Président du tribunal qui va vous juger. Je voudrais savoir si vous avez l’intention de vous produire devant le tribunal ? Est ce que vous êtes en “représentation” ? » Je lui réponds que ça dépendra de l’ambiance. « Je vous préviens que le tribunal n’est pas prêt à écouter vos fariboles », me répond-il. Faut savoir que dans les nouveaux tribunaux, c’est comme à l’Olympia : t’as des projecteurs au-dessus du box et des juges, et la salle est plongée dans le noir, pour que l’inculpé ne sache pas qui est là.

Je commence direct – faut jamais les laisser commencer : « Je suis accusé de délit d’opinion et d’exercice du droit d’expression. » On m’explique que j’ai outragé des magistrats. Je réponds que les magistrats m’outragent en permanence, alors que c’est un échange de bons procédés. Et puis, il est de mon devoir de m’expliquer devant le peuple français des crimes qu’on me reproche. « Il faudrait d’ailleurs ajourner ce jugement, je lui dis, car mon avocat est occupé à préparer cette comparution, et ne peut se produire devant un tribunal de seconde zone. » « Comment, tribunal de seconde zone ? », il me répond. « Oui, moi, je suis comme Johnny Hallyday, je me produis que dans les grandes salles. Les cabarets, c’est terminé. »

Faut bien voir que magistrat, c’est quand même un drôle de boulot. Pour faire ça, il faut être un sacré enculé. Nul n’est parfait : d’où se permettent-ils de juger les autres ? Tu ne vas pas me dire que le Président qui condamne un gars au retrait de permis n’est jamais rentré chez lui à moitié défoncé ! Tout le monde a fait ça, sauf peut-être ceux qui roulent avec chauffeur. Pour les histoires d’attouchements, malheureusement, c’est souvent pareil : le vieux frustré du haut de son tribunal, il est également traversé par des désirs un peu détraqués. C’est pour ça qu’ils sont parfois assez conciliants. Par contre, moi qui suis là pour braquages, le juge ou le procureur pense qu’il pourrait être dans la banque quand je rentre, jamais qu’il pourrait en attaquer une. Et là, y’a pas d’empathie qui tienne.

Les gars comme moi, ils les fabriquent. Vous mettez quelqu’un dans un centre d’apprentissage pour être menuisier, quand il sort, il est menuisier. Vous mettez quelqu’un dans une institution criminogène, quand il sort, il est criminel. Quand t’es pris dans ce truc-là, rien n’est fait pour que t’en sortes. On dirait même qu’ils sont contents de te voir. Au début, minot, ils sont hésitants, mais si t’as la malchance d’être condamné une fois, c’est fini. L’industrie commence : ça leur fait une raison d’être.

C’est comme le Secours populaire : ils n’ont qu’une hantise, c’est qu’il n’y ait plus de pauvres. Parce que sinon, ils ferment boutique. Les Assedic et tous ces trucs-là, c’est des machines à entretenir la misère, et la misère, de tout temps, a été exploitée. Il y a toujours eu des exploitants et des exploités, c’est comme ça que ça se passe. Les branleurs d’aujourd’hui, quand ils voient des gens comme Cahuzac, Sarkozy, Tapie, Pasqua qui sont mis en examen régulièrement, et qui s’en sortent toujours, ça leur fait quoi comme effet ? Toi, tu voles une petite cuillère, ils vont te mettre six mois de bagne.

Enfin bref, en 1976, j’ai finalement mon procès pour lequel j’ai été enfermé deux ans plus tôt, je prends 12 ans dont 3 pour outrages, qui seront finalement confusionnés en 1980. En 1978, j’élabore un plan d’évasion pour ma pomme : j’écris une lettre d’insulte au procureur, pour être transféré, et Carman Rives, lui-même en pleine préparation d’évasion, est censé venir me chercher durant le déplacement. Manque de pot, il se fait buter par un flic en s’enfuyant de la prison de la Santé en compagnie de François Besse et de Jacques Mesrine4. Ma lettre d’insultes me vaut quand même une rallonge de peine de
6 mois pour outrage, et on me colle au Quartier de sécurité renforcé de Poissy.

Karim Khalki

Je sors en 1981, et après un peu de temps dehors, je replonge pour une histoire de carte grise non valide. T’imagines ? Le sommet de ma carrière ! Je tombe sur un procureur qui me dit : « Ah ! ça continue ?! Vous aimez traiter la loi par-dessus la jambe, vous roulez avec un véhicule sans titre de circulation, vous vous rendez compte si vous avez un accident ? » « Bah, si j’ai un accident avec une carte grise, ça fera pas ceinture de sécurité », je lui dis. « Je vois que vous êtes incorrigible, vous lui mettrez six mois de prison. » Finalement, j’en prends trois et ils me jettent en prison en qualité de DPS5, quartier d’isolement.

En prison, je commençais à me sentir chez moi. J’avais accès à ce que je voulais, les matons me connaissaient bien : j’avais mon petit personnel, en quelque sorte. Un jour, un gardien vient me voir et me dit : « Dis donc, y’a un mec, ça fait deux ans qu’il est là, il passe son temps au mitard, il s’est encore pris trente jours ce matin. Écoute, si tu veux bien t’en porter garant, on le sort du trou », et ils m’ont ramené Abdelkarim (Karim) Khalki – qui allait devenir quelqu’un d’important dans la suite de mon existence. Le mec était là pour une histoire de faux chèques un jour qu’il n’avait pas reçu l’argent du bled. Paniqué par la visite d’un huissier, il avait braqué un bureau de Poste pour liquider ses dettes et en avait pris pour 5 ans. La taule, c’était pas son truc, il venait d’une bonne famille marocaine et ne supportait pas son sort. Il n’arrêtait pas de traiter les matons de crapules, et puis, il y avait pas mal de racisme, il ne vivait pas en très bonne entente avec les autres gars, parce qu’il était tout seul en France. Je le rencontre donc, et il se trouve que c’est un mec très agréable, qui parlait très bien, comme De Villepin, jamais un mot d’argot. Du coup, on est rapidement devenus très bons amis.

Blagues et braquages,
Iréné et Patrick

À ma sortie, je prends donc le temps de me détendre un peu et je retourne aux affaires. J’ai appris pas mal de trucs en taule, qui m’incitent à passer la vitesse supérieure. Un jour, je croise ce mec, Iréné, que je connaissais parce qu’il avait réparé ma voiture. Il était avec son petit garçon, un gros pansement sur l’oreille. Il me dit : « Je l’ai emmené à l’hôpital, mais il faut 3000 francs, sinon il le prennent pas. » Tu parles, le mec gagnait 2000 balles par mois. C’était un misérable. Je lui dis « Ouais, je te donne 5000 balles, je te les prête pas, je te les donne tout de suite, je suis pas un huissier, moi. Mais demain matin, huit heures chez moi, on va à la Caisse d’épargne, et je récupère tout ça. »

Le lendemain matin, on chope une voiture et je lui dis : « Bon, ton métier, c’est chauffeur de bus, c’est ça ? Tu vas conduire. » On s’arrête devant la banque, et heureusement que je ne descends pas trop vite : le voilà pas qu’il redémarre, l’enculé ! Il ne tenait pas la tension, il m’aurait laissé là, quoi. Un coup de première et il met les voiles : « Non, mais tu comprends, y’a beaucoup de monde là-dedans, y’a des enfants aussi. » « Y’a de tout, je lui dis, faut de tout pour faire un monde. Mais tous les gens qui sortent de cette banque, ils sortent avec de l’argent. Et c’est de l’argent que t’auras pas. » Ça lui a mis le déclic, il est rentré dedans comme un cinglé : « Tout le monde contre le mur. » Iréné avait fait l’école de gendarmerie à côté d’Auxerre. Bon, ils ne l’avaient pas gardé. Mais ce mec-là avait la mentalité du gendarme, quoi : quand il braquait les gens, fallait obtempérer comme quand t’as le gendarme au bord de la route.

On a dû prendre 140 000 balles. J’avais un appartement où j’allais après les affaires, je lui file dix ou douze patates. Il n’avait jamais eu autant d’argent. Je lui dis : « Rentre chez toi et n’achète rien, surtout. » On rentre. Là, il me téléphone à 17h et me demande : « Ça ferme à quelle heure, les banques ? » « Bah, va pas mettre tes sous à la banque », je lui dis. « Non non, mais on a peut-être le temps de s’en refaire une vite fait ? » J’ai calmé l’animal et on a défini un fonctionnement. Quand on arrivait, il se mettait à la porte, il entrait et je le suivais au plus près. À mon signal, il se dirigeait vers la caisse et je contrôlais l’assistance. Les mains en l’air étaient prohibées, parce qu’avec les vitres qui donnent sur l’extérieur, il ne s’agit pas que des gens passent et voient le directeur dans cette position délicate… Professionnel, quoi.

Les bagnoles pour faire le coup, c’est pareil, faut se servir, mais moi c’était pas ma spécialité. Un jour, on a braqué un mec qui sortait de chez lui pour aller travailler. J’attends qu’il arrive à sa voiture. Je le braque en lui demandant ses clés. Il dit : « Non, mais ça va pas, moi je vais travailler. » « Et nous, connard, tu crois qu’on va où ? » Le mec file, mais fait demi-tour et dit : « Monsieur, je vous demanderais de prendre soin de mes cassettes, ne les esquintez pas s’il vous plaît. » Alors là, ça m’a tellement scié, que je l’ai trouvé sympathique. De chaque côté du levier de vitesse, il avait des boîtiers de K7, écrits à la main, comme il faut, avec les pleins et les déliés : Claude François, Johnny Hallyday. Après le braquage, on a jeté la voiture sur le parking de la gare routière, allée Baco, sur un emplacement d’autocar, pour que les poulets l’enlèvent tout de suite. J’avais pris tous ses papiers, je lui téléphone : « Je n’ai pas touché à tes cassettes, ta voiture est sur le parking. Tu vas voir la police, tu dis qu’on t’a volé ta voiture, ils vont te la rendre d’ici une heure. » On est même retournés chez lui avec des fleurs, ses papiers, et un billet de 500 francs qu’on a laissés dans la boite aux lettres. Tu parles, le mec était quand même prêt à risquer sa vie pour des cassettes.

Enfin, voilà, les braquages se sont enchaînés, et puis forcément on s’est fait serrer. En 1983, avec un autre pote, Patrick Thiolet, que j’avais rencontré à la même époque que Karim Khalki, on monte un coup. En route vers une Caisse d’Épargne de Nantes, nous avions emprunté une voiture et déchargé son propriétaire non loin. Peu après, pris d’un surprenant instinct, des poulets nous ont trouvé quelque chose de louche et se sont mis à nous poursuivre. La vitesse, le crash, les flammes. On a réussi à s’extraire de la bagnole, mais le sac plein de calibres qu’on transportait ne nous a pas rendus aimables aux yeux des poursuivants : ils nous ont inculpé Patrick et moi pour « Détention d’armes » et nous ont collé un braquage à Sucé-sur-Erdre dans lequel on n’avait rien à voir.

En revanche, les flics ont fait leur petite enquête sur ma personne. Faut savoir qu’avec Iréné, on aimait bien faire des gags, on utilisait les slogans publicitaires des banques pour égayer nos braquages. Par exemple, à la BNP, on entrait en disant : « Bonjour monsieur, “Votre argent m’intéresse” », au Crédit Lyonnais : « “L’autre façon d’être une banque” c’est de remplir notre sac, merci », au Crédit Agricole : « On vient vider le coffre, c’est “L’imagination, dans le bon sens” », on se marrait, quoi. Le problème, c’est que quand ils nous ont serrés avec Patrick, les poulets m’ont remonté sur ces braquages que j’avais faits avec Iréné, et ils ont refait leur historique à cause de mes blagues. Finalement, ils m’ont mis 19 braquages sur le dos, à cause des slogans.

On est passé devant le juge d’instruction Cavaud, qui nous a offert l’hospitalité à la maison d’arrêt de Nantes, en préventive. Il faut le faire, hein, s’appeler Cavaud, pour un juge. Dans ma carrière, j’en ai connu des magistrats comme ça : Cadenas, Peureux… ou des flics qui s’appelaient Poulard… Moi, je suis toujours resté Courtois.

Bref, en attendant le procès, je recroise Karim Khalki à plusieurs occasions, dans les couloirs, ou pendant les transferts. Et puis on correspondait, clandestinement, bien sûr. Moi, je commençais à en avoir ma claque de passer d’un juge à l’autre, d’une prison à l’autre, et Karim, derrière les barreaux depuis tout ce temps, en avait quand même bien bavé. Un jour, il me dit : « Puisque tu penses que tu vas prendre au moins vingt ans pour cette histoire de détention d’armes et de braquages, on va pas les laisser faire. Ça suffit de passer devant eux les bras croisés ! J’ai réfléchi, et je compte bien attaquer la cour d’assises quand vous passerez avec Patrick. Faut tout préparer maintenant, parce que je sors le mois prochain. »

La prise d’otages

On a imaginé un petit système de signal pour se tenir prêts. Karim libéré, il a aussitôt braqué une banque pour se renflouer les poches et acheter des armes. La veille de mon procès, en décembre 1985, une copine l’a aidé à s’habiller, elle a décousu une partie de la veste de Karim et il a fait le plein : huit calibres, six grenades, deux paires de menottes, une chaîne d’un mètre de long avec cadenas, une cartouche de Gitanes, des cigares, une radio… C’est à peine croyable ce que le mec a porté sur lui. En plus, il est venu en bus parce qu’il ne savait pas conduire à l’époque ; il m’a avoué après qu’il n’avait même pas pris de ticket : « Si les contrôleurs étaient arrivés, je serais rentré avec le bus dans la cour d’assises ! »

Finalement, en ce bel après-midi du 19 décembre 1985, Karim est rentré avec son barda par la grande porte au Palais de justice de Nantes. La cour d’assises était remplie de flics. 23 képis spécialement convoqués pour Patrick et moi, et dans les couloirs, y’avait seulement deux mecs avec leurs détecteurs de métaux, plus quelques autres qui erraient dans la salle des pas perdus. Karim a braqué les gars qui tenaient la porte et leur a extorqué le mot de passe pour se faire ouvrir depuis l’intérieur. Là, il surgit dans la salle d’audience, tire des coups de feu et ouvre sa veste, avec les grenades et tout le bordel ! T’aurais vu la gueule de l’assemblée, ils étaient sidérés !

Quand ils ont entendu les coups de feu, j’avais un flic de chaque côté qui m’ont pressé avec leur calibre, mais quand ils ont vu Karim avec l’assesseur en joue et le président une grenade dégoupillée sur la tempe, ils se sont vite détendus. J’ai sauté par-dessus le box, et je leur ai dit Vous mettez tous vos trucs ici, je leur ai fait vider toutes leurs armes : j’avais les poches pleines, au moins vingt kilos. C’est pas la peine, me dit Karim, j’ai amené 500 cartouches.

Je regarde une jurée, et je lui dis : « Alors Madame, on s’est levée ce matin, on s’est réjoui de la bonne journée qu’on allait passer à distribuer des années de prison à des gens qu’on ne connaît pas. Vous voyez, ça ne se passe pas comme ça. Vous êtes venue ici pour juger des gens, mais à présent, c’est vous qui allez être jugée. Je vous le dis tout de suite, je vous déclare coupable. » « Mais de quoi ? », elle me dit. « Vous êtes coupable d’ignorance. Vous arrivez dans les cours d’assises, sans rien connaître de la personne ni de la loi, vous ne comprenez rien. Qu’est ce que ça fait de venir distribuer des années de prison et de s’apercevoir qu’on risque de se prendre une balle dans la tête, ou de sauter avec une grenade ? » Au début, j’y suis allé franco, hein, fallait bien leur faire comprendre qu’on n’était pas là pour rigoler. Et puis, après on a sympathisé.

On a appelé les caméras de FR3, et on a fait le procès de la justice et de la société en direct à la télévision6. Karim, il a attaqué d’entrée de jeu en se revendiquant du groupe palestinien Abou Nidal7, il a présenté des photos de Sabra et Shatila8, il a parlé du Prophète… Faut savoir qu’en fait, il n’a jamais appartenu à quoi que ce soit, mais c’était pas que des conneries : il était touché par les injustices en Palestine, et puis ça brouillait les pistes, ça faisait sérieux, quoi. Patrick Thiolet, lui, c’était pas un causeur : il avait mis un beau sweatshirt avec marqué ACTION en gros, et ça suffisait à lire dans ses pensées.

Moi, devant les caméras de télévision, avec mon flingue, j’ai fait mon speech à l’audience – y’avait une quinzaine d’étudiants, des curieux, les jurés et les magistrats, ça faisait un petit paquet de monde :

Je pense qu’une peine de 10 années de réclusion aurait été prononcée contre M. Thiolet. Je pense qu’une peine de 20 années de réclusion aurait été prononcée contre moi. Il est hors de question que nous exécutions de telles peines. Dans la réalité, l’exécution de ces peines correspond pour nous à notre mort sociale. Je préfère quant à moi mourir tout de suite, d’une balle dans la tête, ou dans mon lit en père Peinard, si j’ai de la chance. […] Je ne vois pas pourquoi je ferais 20 ans de prison pour avoir attaqué ou pas attaqué une banque quand Prieur et Mafart, assassins appointés par l’État, se prennent 10 ans en Nouvelle-Zélande9. Ces gens ont tué et toute l’opinion publique manipulée par les médias pleure sur leur sort, sur la pauvre Mme Prieur qui ne va pas passer les fêtes avec ses enfants. Est-ce que nous allons les passer, nous, les fêtes avec nos enfants ? Non, alors !? La question devait être posée. […] Les poulets n’étaient pas fiers ce matin, ils n’ont pas fait long feu pour déguerpir ! Il est vrai que ces gens savent que les médailles de la police sont délivrées à titre posthume ! On oublie toujours que les policiers sont des assassins. On fait un battage extraordinaire autour des cinq ou six truands qui dessoudent des flics chaque année, mais on ne parle jamais des jeunes Arabes de 17 ans qui se font abattre comme des pipes à la foire de septembre, parce qu’ils volaient des phares anti-brouillard ! Les policiers ont une considération pour la vie humaine qui m’inquiète beaucoup. J’ai surtout peur pour vous, parce que vous savez, en ce qui me concerne, se faire exploser ici, c’est mieux que la prison10. »

Je leur ai dit ce que c’est que la prison, que sa seule utilité c’est de transformer les gens en tubes digestifs. Ils mangent, ils dorment, ils pissent, ils chient, et voilà, il ne se passe rien d’autre. Je leur ai expliqué que quand ma petite branleuse venait au parloir, à 3 ans, et qu’elle pleurait, un maton m’ordonnait de la faire taire. C’est des gens qui sont capables de donner l’ordre à un bébé de se taire, qui sont complètement déshumanisés.

J’ai expliqué tout ce qu’ils m’avaient fait quand j’étais môme, et puis comment ils torturaient les gens en prison, comment y’en avait qui crevaient sous les coups, tu vois ? Très vite, les jurés ont compris que je ne leur voulais pas de mal. Ils étaient bien plus flippés par les flics à l’extérieur et leur envie de jouer aux cow-boys. Y’a même une des jurées qui est devenue mon amie plus tard. C’est marrant quand même, tu viens pour foutre vingt piges à un mec et tu te retrouves à lui rendre visite dans un parloir de prison !

Au bout du téléphone, on avait Robert Broussard en direct, celui qui avait assassiné Mesrine en 1979. Il était accompagné d’Ange Mancini, chef des opérations de la toute première intervention du Raid, tout fraîchement créé par Pierre Joxe, le ministre de l’Intérieur. On a négocié par téléphone comme ça pendant plus de 24 heures. J’ai promené un peu le président sur les marches du Palais pour le montrer menotté avec un calibre sur la tempe aux caméras, mais bon fallait quand même que ça se termine, cette histoire.

Le 20 décembre, ils ont amené deux Renault Espace. Je désigne un des assesseurs comme chauffeur. Je lui intime de ne pas griller les feux rouges et de ne pas rouler trop vite : il ne s’agissait pas de faire commettre des infractions à des magistrats, tout de même. « Vous allez nous diriger vers la gare, j’ai des commissions à faire. » Les flics ont mis en place ce qu’ils appellent la filature en avant, deux voitures de chaque côté : si tu veux t’arracher, ils te coincent. Ils te suivent comme ça, en parallèle. On est arrivés à la gare, il y avait deux pistolets mitrailleurs et des explosifs, que Karim avait laissés dans une consigne. C’était un vendredi soir, les gens partaient aux sports d’hiver, une dame vient me voir : « C’est pour une série TV ? » Je lui réponds : « Voilà, exactement, c’est le Commissaire Moulin. »

Je dis au président de prendre le sac dans la consigne, dont il voit deux canons de mitraillettes dépasser. « Quand même, M. Courtois, je suis le président de la cour d’assises… » « Eh ben aujourd’hui, vous êtes porteur de sac. » Il y a des photos dans Paris Match, où on le voit dans cette mauvaise posture : il est magnifique avec les pistolets mitrailleurs qui dépassent. Bref, direction l’aéroport. On sait qu’ils nous suivent toujours latéralement. Du coup, ils enlèvent tous les avions sur le départ.

Quand on arrive, il n’y a plus qu’un seul coucou, celui du Raid. Alors là, Robert Broussard (j’l’appelais Bob, hein, et lui, il m’appelait Jojo, on avait eu le temps de faire connaissance) commence à m’expliquer qu’il y avait la grève des aiguilleurs du ciel et que ses hommes, exceptionnellement, ont pu se poser… Ses bobards ont continué comme ça jusqu’à leur ultime coup de salauds : ils ont proposé à Karim une autorisation de quitter le territoire pour la destination de son choix. On s’est concertés, et on a trouvé que c’était une belle façon de terminer l’aventure : Patrick et moi, on retourne en prison – de toute façon, on était déjà en chemin la veille –, et Karim va se la couler douce au soleil.

Faut savoir que tous les trois, en se levant le matin, on était partis morts. En préparant le coup, on se disait : ils vont nous flinguer le soir même. Ça nous a donné de la force et ça nous a permis de ne pas flancher, mais on n’avait pas prévu la suite, on n’avait pas imaginé sortir du tribunal vivants.

Le résultat des courses, c’est que Karim a juste gagné six heures de garde à vue en plus. Ils nous ont complètement mystifiés, et ont même trompé le jugement de Bob qui y croyait vraiment. Grâce à des tours de passe-passe juridiques, ils ont annulé l’avis d’expulsion, et Karim a fait ses 14 ans, pour n’être finalement expulsé au Maroc qu’en sortant, en mai 2000. Double peine. On a fait pas mal de foin autour de la fausse promesse de pouvoir quitter le territoire qu’ils avaient conclue avec Karim, on a même publié un bouquin à l’époque11.

Les années d’après

En 1988, on est passés en jugement, fallait voir ça ! Ils ne voulaient pas que ce soit à Nantes parce que l’opinion était assez favorable et qu’ils avaient peur de tomber sur des jurés trop cléments. Ils m’ont mis 20 ans, 20 à Karim et 15 à Patrick. La défense a essayé de nous faire passer pour des agneaux, et a plutôt parlé de ce qui aurait pu se passer que de ce qui s’est réellement passé. Genre, les accusés n’ont blessé personne, tué personne, etc.

L’accusation a essayé de parler du syndrome de Stockholm pour justifier pourquoi les jurés qu’on avait pris en otages étaient finalement passés de notre côté de la barre. Or quand il y a un syndrome de Stockholm12, les otages finissent peu à peu par revenir sur leur position, et, une fois libres, ils se retournent in fine contre leurs « bourreaux ». Un syndrome, ça dure pas des années, or là, trois ans après, au procès, les gens tenaient toujours le même discours. Ils continuaient à penser qu’on était des bons mecs, qu’ils étaient très heureux de nous avoir rencontrés. Là, on n’est plus dans le syndrome, je pense, mais dans la réflexion.

Je suis sorti du placard en 1997. Pendant un an, je suis resté un petit peu en stand-by, et j’ai repris mes activités criminelles pas longtemps après, le temps de me pourvoir en matériel. Je me suis associé avec un bon mec, on a travaillé comme on pouvait, dans les banques et les supermarchés, un peu partout. Puis un jour, on s’est un peu laissé aller à la bouteille, et on s’est fait lever connement en braquant une supérette près de Tours, passablement bourrés. Je suis retourné en cabane de 2002 à 2014.

Pendant ces années à l’intérieur, j’ai fait écrivain public, parce qu’y a quelques mecs qui savent pas écrire, ou très peu, et d’autres qui parlent pas français. Je faisais le courrier uniquement administratif, pas le courrier personnel. Je faisais ça librement, c’était à la demande, j’avais pas de contrainte de travail, et l’Administration pénitentiaire me filait 300 euros par mois et me payait l’encre et le papier. Et puis, ça m’a permis d’écrire mes Mémoires. On m’a demandé quelques lettres d’insultes aussi. Mais rien de personnel, hein, je travaillais uniquement avec François Hollande, Christiane Taubira, Jean-Marc Ayrault… Une fois, j’ai réussi à obtenir une confusion de 8 ans pour un Équatorien qui en avait pris 18. Son avocat avait déjà fait une demande, en vain, mais j’ai fini par le faire sortir, avec mon Code pénal dans l’ordi.

Dans les années 1970, j’avais fait une école de dessin en prison, pendant trois ans. Alors les derniers temps, je me réveillais à 5h du matin, je faisais un dessin, j’étais très content de moi. Parfois, je le jetais à la poubelle, mais au moins, ça me passait le temps et ça me faisait passer la nuit tranquille. Je dessinais surtout pour mes petits-enfants, en dilettante ; des paysages, des personnages, la taule ; et je leur envoyais ou leur donnais au parloir. J’ai aussi pas mal dessiné pour des mecs à la prison, pour leurs gonzesses, leurs enfants. Là, ça fait un an que j’ai rien fait, depuis que je suis sorti, mais je vais m’y remettre, parce que ça détend. Un jour, faudra que je me fasse un portrait en cagoule. Ouais, sous-titré « Georges Courtois, autoportrait ».

Pour aller plus loin :

• Les journaux télévisés des 19 et 20 décembre 1985, sur le site de l’INA.

• Des extraits choisis par Jef Klak de la négociation entre preneurs d’otages et police. Ces retranscriptions sont celles qui ont été lues lors du jugement de 1988 et sont donc déjà à la base incomplètes, tronquées par la police.

• Le livre Aux marches du palais, aux éditions du Nouvel Attila, paru en novembre 2015, qui contient les mémoires de Georges Courtois écrites en grande partie en prison, accompagnées d’un dossier riche en documents d’archive. Un postface de Dominique Simonnot et une postface de Nicolas de La Casinière entourent aussi l’ouvrage.

la suite lire ici

 

texte:“Une sacrée jaunisse”~ par Gilles et John

M’enfin, les Gilets Jaunes, z’ètes pas sympas d’avoir obligé notre roitelet à écourter ses vacances au ski. C’est presque aussi méchant que les émeutiers de 68 qui avaient obligé la vieille baderne De Gaulle à revenir de chez son (des)pote Ceaucescu pour essayer de mater la canaille.

Mais c’est sympa de vous être fondus nombreux dans la «marche du siècle» pour sauver le climat. Ça a permis à tous les éditocrates de dire que la manifestation « bon enfant » n’était pas celle de Gilets Jaunes, bien que ceux-ci y aient été très visibles et bien que les slogans dominants y aient fait clairement le lien entre vies sabotées et saccage de la planète.* Les Gilets Jaunes n’étant, évidemment, que ces voyous qui cassent tout, y compris des policiers qui sont pourtant si tendres avec eux. Car même ceux qui ne cassent rien mais laissent faire ces voyous sont leurs «complices». Parole d’expert. «Comprendre, c’est déjà excuser» disait hier un autre expert. Pour n’être pas accusé de complicité avec ce qui ressemble fort à une grosse colère, il faudrait sans doute… ne pas manifester. Ou, mieux, se faire auxiliaire des matraques répressives, comme certains fascistes marseillais.

Ce n’est donc pas sympa d’avoir mis le feu au Fouquet’s. Où les Sarkozy futurs vont-ils pouvoir fêter leur accession au trône ? Manquerait plus que vous vous en preniez aux yachts de luxe ! Ça serait vraiment la cata. Pas sympa non plus d’avoir cassé des boutiques de fringues «haut de gamme». Où nos saigneurs vont-ils pouvoir s’habiller maintenant ? Tout de même pas chez Tati ou Emmaüs! Quant au pillage de la boutique du PSG c’est évidemment une inqualifiable agression contre un fleuron des jeux du cirque patriotique, mais ça aura au moins l’avantage de faciliter le travail des policiers en banlieue: Dès qu’ils verront un môme vêtu d’un T-shirt du PSG ils sauront que c’est un pillard sur lequel ils pourront se permettre de baver en toute justice.

Reste le «drame» évité de l’incendie d’une banque qui aurait pu s’avérer grave pour une femme et son bébé habitant au dessus. Gageons qu’on se désole dans les rédactions que ce « drame » ait été évité. On sent bien la déception des éditocrates. Bien sûr, en bons professionnels, ils savent mettre l’accent sur le «drame», de manière à ce que ce soit ça qui s’imprime dans l’esprit des spectateurs, et non le fait qu’il ait été évité. Que voulez vous? C’est un métier. On sait y faire feu de tout bois quand il s’agit de modeler l’opinion. Mais ç’aurait tout de même été beaucoup plus rentable en émotivité spectaculaire si ces innocents avaient brûlé! Et, pour le coup, les Gilets Jaunes auraient été, enfin, totalement discrédités.

Vous n’êtes donc pas sympas avec nos maîtres. Vous les obligez à prendre des poses martiales ridicules, cracher des proclamations exorcistes**, alors qu’en réalité ils sont morts de trouille. Vous leur avez foutu une sacrée jaunisse, qui ne va pas les lâcher. Car ils savent que si votre révolte s’étend et se renforce ils perdront tout pouvoir de nuire.

Alors, arrêtez de les maltraiter. Mettez fin à leur angoisse. Offrez-leur de longues, très longues, très très longues vacances.

Gilles et John.

18 mars 2019.

________________

* C’est aussi ce qui a permis d’occulter largement la Marche des solidarités de soutien aux migrants et sans-papiers et contre les violences policières qui était une des composantes de cette manifestation.

** «Force restera à la loi» Par quoi il faut entendre : Notre loi s’imposera par la force.

lignes de force

Publication : La Commune de Paris devant les anarchistes – Les groupes anarchistes bruxellois

Ce document rare est une déclaration sur les exploits et les erreurs de la Commune, que publièrent en 1885 Les Groupes anarchistes bruxellois. Groupes dans lesquels se trouvaient – selon des compagnons qui contribuèrent à ce que ce témoignage échappe à l’oubli -, «parmi les plus intelligents et les plus actifs réfugiés de la Commune».

Depuis des siècles que l’humanité est exploitée, les ambitieux ont toujours réussi à la trahir. Il ne faut pas que cela se renouvelle. Que le passé, encore une fois, nous serve de leçon !
Plus de maîtres ! Que la liberté absolue que nous appelons de tous nos vœux vienne supprimer les inégalités sociales.
Pas de discours inutiles. Plus de parlementarisme. Que la violence seule vienne faire comprendre à nos exploiteurs que nous t’entendons plus nous laisser tondre comme des moutons.

Cliquer ici pour télécharger la brochure

[Publié par Editions Anar’Chroniques]