Monthly Archives: juin 2017

Arfons (Tarn) : sabotage incendiaire contre le mat de mesure d’un projet d’éoliennes

Brèves du Désordre

Arfons, sabotage du Mat éolien installé par la société RES group

Tarn Libre, 26/06/2017 à 09h28 (extrait)

Le mat de mesure éolien installé par RES Group dans la forêt de Sarametgé sur la commune d’Arfons a été vandalisé par le feu. Un acte qui fort heureusement n’a pas fait de victime.

Qui a vandalisé le mat de mesure éolien installé dans la forêt de Sarametgé sur la commune d’Arfons ? La question est posée à l’heure où certains pensaient que dans sur cette partie de la Montagne Noire tarnaise, la présence d’éoliennes industrielles ne semblait pas poser de problème particulier, depuis que la société Valorem y a implanté les siennes en 2009.
Force est de constater qu’ils se trompent et la destruction de ce mat de mesure de 42 m haut et installé sur une propriété forestière privée vaut peut-être avertissement
. Ce dispositif est équipé de girouettes d’anémomètres, mais aussi de sondes de température destinées à recueillir dans la durée la vitesse des vents, leur orientation mais aussi l’hygrométrie du site en vue de déterminer le type d’éolienne à implanter pour le meilleur rendement possible.

Pour l’instant difficile de dire, quand et par qui, mais l’équipement électrique du mat a été entièrement carbonisé. Du côté de la société RES group (basée à Avignon) qui a installé ce mat , on reconnaît que depuis plusieurs jours la communication a été interrompue. « Au delà du préjudice matériel et financier pour notre société, le sabotage d’un mat de mesure comme celui-ci fait courir plusieurs risques. Je me félicite que le mat ne soit pas tombé sur quelqu’un et d’autre part que ce sabotage n’ait pas mis en péril le massif forestier en provoquant un incendie, » précise Jean-Paul Pin au nom de sa société spécialisée dans les énergies renouvelables.
De son côté Alain Couzinié, le maire d’Arfons déplore cet acte de sabotage : « Nous avons déjà un parc éolien sur Arfons et cela n’a jamais posé problème. En ce qui me concerne je ne suis pas un pro ou un anti éolien, mais je pense que la destruction de cet équipement n’est pas la solution. D’autre part, si l’on écoutait les développeurs éolien, il faudrait implanter des machines partout. Ce n’est pas possible. »

(…) En 2007, un ou plusieurs individus avaient dévissé l’embase du mat éolien de 70 m de haut installé par la société Valorem au Plo de Lacroux sur les hauteurs d’Albine, provoquant l’effondrement de l’équipement sous l’effet du vent.

Avant-Pays savoyard (Savoie) : Statues de la Vierge et mobiliers religieux en mille morceaux !

 

https://attaque.noblogs.org

France 3 Auvergne Rhône-Alpes / Mardi 27 juin 2017

Mais qui en veut donc à la Vierge Marie ? Des statues et du mobilier religieux ont été saccagés dans une demi-douzaine de communes de l’Avant-Pays savoyard. Ce vandalisme en série survient dans un contexte national de multiplications d’actes anti-chrétiens.

Des statues de la Vierge Marie cassées en morceaux, et mêmes décapitées. Plusieurs faits de vandalisme, récemment recensés, provoquent l’indignation des défenseurs du patrimoine. Six communes de l’Avant-Pays Savoyard ont été touchées. A Jongieux, notamment, deux Vierges, l’une en pierre, l’autre en fonte, ont été détruites. Un patrimoine important dans ce village où l’on trouve la plus ancienne inscription chrétienne de Savoie, datée de l’an 504.

Des plaintes ont été déposées, mais l’Eglise préfère garder le silence. Selon le Ministère de l’Intérieur, les atteintes au patrimoine catholique se multiplient : en 2015, plus de 800 dégradations et vols ont été commis en France.


Le Dauphiné / Mercredi 28 juin 2017

Deux hommes ont été arrêtés par les gendarmes, mardi, suite à la série de profanations de statues de la vierge dans plusieurs communes de l’avant-pays savoyard. Les faits avaient ému la population. Les gendarmes de la brigade des recherches de Chambéry et des brigades de Yenne et de Chindrieux, ont remonté la piste des auteurs et ont donc arrêté deux jeunes ouvriers agricoles sur leur lieu de travail. Il ressort de leurs auditions que ces profanations n’avaient aucune motivation religieuse, ils ont agi gratuitement. L’un d’eux a expliqué aux gendarmes que ces dégradations l’avaient «défoulé ».

Saint Maurice sur Dargoire (69440) 1er et 2 juillet – Grand Rassemblement des Opposants à l’A45

www.lesechos.fr

Projet d’autoroute A45 : le gouvernement au pied du mur

Le Conseil d’Etat a finalement rendu un avis favorable au décret interministériel sur la future autoroute A45 reliant Saint-Etienne à Lyon, qui lui avait été soumis voilà plusieurs mois par le dernier gouvernement de François Hollande. Le maire LR de Saint-Etienne, Gaël Perdriau, s’en est réjoui mardi soir, près d’une semaine après la transmission de cet avis. Silence radio, en revanche, de la part de la ministre des Transports, Elisabeth Borne, qui en a été destinataire. L’élu stéphanois l’invite à signer sans attendre le contrat avec le concessionnaire désigné pour une mise en service « fin 2022 ».

Nicolas Hulot, en visite à Lyon lundi, avait lancé : « Ca m’est arrivé de monter sur un certain nombre de sujets, mais pour l’A45, je ne l’ai pas fait. » Visiblement désireux de prendre ses distances avec les opposants, à propos de ce projet dont la première mouture remonte à… 1937, le nouveau ministre de l’Environnement a ajouté : « Arrêtons cette espèce de frénésie qui nous obligerait à prendre des décisions dans l’urgence […] c’est l’urgence qui nous tue dans tout. »

Car les adversaires du projet ne désarment pas. Une coordination d’opposants a dénoncé mercredi une autoroute « inutile et payante ». Suggérant des « solutions alternatives efficaces et moins coûteuses », elle a annoncé une manifestation samedi et dimanche sur son tracé.


https://rebellyon.info

Appel au rassemblement des Opposants au projet d’autoroute A45. Défendons nos territoires au nom de l’intérêt général les 1er et 2 juillet.

Au moment où le gouvernement peut encore bloquer le décret donnant concession de l’A45 à Vinci, mobilisons-nous, toutes et tous, pour faire du grand rassemblement festif des 1er et 2 juillet à Saint Maurice sur Dargoire (69) une grande réussite ! Au nom de la transition, du climat, de la biodiversité, de la préservation des terres agricoles et des activités existantes sur ces territoires, soyons nombreuses et nombreux à nous mobiliser pour dire Non à l’A45 et Oui à l’intérêt général !

Nous avons besoin de vous pour faire connaître cet événement et la programmation, mais aussi pour devenir bénévole et/ou nous soutenir en diffusant notre appel à dons.

On compte sur vous ! Avec vous, l’A45 ne verra pas le jour !

La Coordination des opposants à l’A45.

Documents

Communiqué de presse – 21 juin 2017
Affiche A4
Planche flyers A3 (qualité web)

Pas l’intention de rester dociles

/nantes.indymedia.or

Au début du mois de juin, quelque part en France,

on a placé et allumé un dispositif incendiaire sous chacun des trois fourgons Enedis stationnés sur le parking de l’entreprise. On était à la bourre pour la soirée karaoké, du coup pas trop le temps de s’attarder pour les regarder cramer mais on espère bien avoir initié un joli feu de joie. Le dispositif était simple à réaliser : une bonne quantité d’essence dans une bouteille, un bout d’allume-feu et un cierge magique (amen) histoire de retarder l’allumage pour se tracer tranquille.

Là, c’est Enedis qui était visé parce qu’on avait envie de créer un écho, comme un retour de flammes après les 12 véhicules cramés à Grenoble. L’action comme le communiqué nous avait fait chaud au cœur.

Des raisons de s’en prendre à cette structure il y en a des milliers. Tout comme il existe des milliers d’autres cibles que l’on aurait pu attaquer pour laisser libre-court, le temps d’une nuit, à notre rage. Le plus compliqué c’est pas de choisir mais de s’y coller.

Une pensée solidaire pour les révolté.e.s réprimé.e.s. Que ce soit par des juges ou des matons, par des mecs ou des darons, par des travailleureuses socialaux ou des hétéros… Pas l’intention de rester dociles face aux injonctions !

Y paraît que juin allait être dangereux. Pourvu que ça ne fasse que commencer.

Des démangé.e.s

émission de radio:Terre et radioactivité

Note:reçu par mail:

conférence–débat
> organisée mercredi prochain 28 juin À 20H00 À L’IUT CHERBOURG-OCTEVILLE, une
> conférence-débat ouverte à tous, suite au déplacement d’une
> délégation manchoise au Japon à Fukushima.
> par les 3 CLIs des installations
> nucléaires de la Manche suite au voyage d’étude de la
> délégation

Je retransmets pour information. Il est important d’assister à cette
> communication des CLI qui vise à nous préparer à l’accident
> nucléaire et nous faire avaler qu’il est tout à fait possible de
> vivre en zone contaminée comme le fait le gouvernement japonais en
> faisant revenir de force les populations sur les terres toujours
> polluées, pour des raisons budgétaires. En fait toute cette com,
> vise à faire admettre à la population que le plus grand dommage est
> de déplacer les gens ( dépressions – suicides..) et qu’il vaut mieux
> apprendre à vivre avec la radioactivité ( pour laquelle il est
> prévu de tolérer des normes dix fois supérieures en cas d’accident,
> comme au japon).
> Il faut être nombreux pour dire que nous ne voulons pas vivre avec la
> radioactivité et que la meilleure façon de l’éviter est d’arrêter
> le nucléaire le plus vite possible!!!


http://trousnoirs-radio-libertaire.org

Un premier ministre ex-directeur de la communication et des affaires publiques dʼAreva, un ministre de la Transition écologique et solidaire dont EDF est le principal sponsor de la Fondation nicolas Hulot ( nouveau nom:Fondation pour la nature et l’homme ») : le nucléaire a un avenir irradieux. Enregistrés au salon Marjolaine trois intervenants en rappellent les risques pour lʼavenir de lʼhumanité : Kolin Kobayashi, journaliste japonais, Thierry Ribault, auteur de Les sanctuaires de lʼabîme – Chronique du désastre de Fukushima, Roland Desbordes, président du laboratoire indépendant CRIIRAD.

Allemagne : Ça brûle toujours plus à l’approche du G20


https://sansattendre.noblogs.org

Les 6 et 7 juillet prochains se tient le sommet du G20 à Hambourg. Ces dernières jours, les attaques et sabotages montent d’un cran. L’un des objectifs de foutre le feu à ce monde de domination et d’oppression en dehors du rendez-vous programmé et surfliqué par les puissants a été détaillé dans un des appels au contre-sommet.

Ci-dessous plusieurs communiqués revendiquant les dernières attaques (par ordre chronologique) se référant au sommet du G20 (On pourra jeter un oeil aux précédentes attaques, qui remontent à mai 2016 ici et ). Le dernier (sabotages incendiaires coordonnés sur le réseau ferroviaire de la DB) est accompagné d’informations complémentaires issues des médias dominants germanophones.


Hambourg, Allemagne : Sabotage incendiaire d’un pylône électrique du métro

Le symbole de la domination, le lieu des gouvernants est protégé par les forces de sécurité. Doit être transmise une image de sécurité, de contrôle et de l’impossibilité de les remettre en question. Pas moins de 13.000 policiers contrôleront la ville dans les prochaines semaines, ou du moins ils doivent le montrer. Mais souvent, le contrôle se caractérise peu par des images et des symboles, mais plutôt par la garantie du bon déroulement et du fonctionnement de ce système. Pourtant, à y regarder de plus près, ce sont rarement les grands lieux symboliques et individus devant les caméras ou dans les têtes, mais plutôt tous les infrastructures qui, dans l’ombre, font leur travail et permettent de faire fonctionner ce système. Ce sont les câbles, les routes, les rails, les ondes radio, les serveurs qui maintiennent tout en marche, qui font que la misère sociale, l’oppression quotidienne, à petite comme à grande échelle, perdure et ne s’arrête jamais. Les endroits où se trouvent ces fonctions capitales garantissant la marche perpétuelle de la machine sont omniprésents et il leur est impossible de les surveiller. Ce sont des câbles qui ont partout leurs interfaces, ce sont des noeuds de communication, dont on comprend mieux leurs fonctions lorsque ceux-ci ne fonctionnent plus. Ce sont des connexions et des réseaux qui doivent toujours être en place afin qu’il n’y ait aucune lacune, aucun espace incontrôlé. Et souvent, ce n’est pas très compliqué de saboter leur fonctionnement.

Comme par exemple une antenne de la station de métro de la Kellinghusenstraße à Hambourg, que des anonymes ont incendié le 12 juin 2017. Comme on pu le lire ce lundi matin dans une dépêche de la MDR (qui a vraisemblablement été de nouveau effacée entre-temps si l’on pense au silence médiatique concernant les actions menées dans le cadre du sommet du G20), le pylône a dû être retiré du circuit électrique et donc du réseau. En soi, ce n’est qu’un sabotage d’une partie de l’infrastructure de la normalité, mais cela illustre bien la vulnérabilité de leurs réseaux fragiles, une praxis révolutionnaire presque toujours réalisable et reproductible, que ce soit à plusieurs ou à quelques-uns, que ce soit pendant l’état d’urgence ou sous la grisaille du quotidien.

[Traduit de l’allemand de linksunten, 18. Juni 2017]


Leipzig (Saxe) Sabotages incendiaires en marge du contre-sommet du G20 – Jeudi 15 juin 2017

Voitures du conseil municipal cramées.

Markkleeberg est une de ces zones résidentielles agréables à vivre dans le Speckgürtel de Leipzig. Ici, c’est un quartier calme est pacifié. Nous avons brûlé quatre voitures de la municipalité de Markkleeberg parce qu’elle aussi fait partie de l’ordre que nous combattons. L’État se déploie dans la vie des gens de différentes façons. Que ce soit à travers les frontières, les impôts, les contrôles, la formation ou bien à petite échelle par la municipalité et ses institutions: l’État tente d’imposer ses règles dans de nombreux aspects de notre vie, de soumettre les gens par les taxes, ou plutôt par le pouvoir des flics. L’ordre maintenue est partout présent et conduit les gens à l’obéissance et la servitude.

C’est donc pour cela que les règles fonctionnent souvent à de multiples égards de façon  parallèle à l’exploitation capitaliste. Prenons par exemple le cas de la ville capitaliste: les flics municipaux et la mairie veillent à ce que l’économie bourdonne en ville. Si c’est compatible avec les besoins des gens qui habitent ici, ça joue un seconde rôle. Le plus important étant le travail, la sécurité et l’ordre. Les gorilles traversent la ville et sont tenus en haleine par l’ordre, terrorisent les groupes marginaux et réclament de la thune pour chaque chewing-gum collé sur le trottoir. Celui qui ne peut ou ne veut pas s’y conformer est combattu sans pitié. Mairie, flics et agents de sécurité chassent ceux qui ne correspondent pas à l’image de la ville capitaliste. Les façades chics, les places propres, les rues ordonnées et plus simplement les parcs à contrôler font partie de leurs objectifs.

Cela nous paraissait opportun d’attaquer l’ennemi là où il est faible. L’État définit l’ordre dominant et l’impose – nous l’attaquons. A Markkleeberg, la plupart des gens n’auront aucun problème avec la police municipale ou la mairie, mais ici aussi il y a des « zones et des groupes à problème » qui, du moins, esquisseront un sourire en ayant vent de notre petit feu.

Par cette attaque, nous soutenons les objectifs d’une campagne contre le G20 à Hambourg formulés dans certains textes, qui ne cherche justement pas à se limiter à une campagne temporaire mais veut faire jaillir une explosion diffuse et continue de rage contre l’ordre existant au-delà des limites thématiques et nationales.

****

Parce que l’entreprise « FB Aufzüge » prend part au chantier d’agrandissement de la taule à Bâle, nous avons livré aux flammes un de leurs véhicules d’entreprise à Leipzig. Quiconque s’enrichit grâce au système carcéral – aussi grâce au régime migratoire dans le cas de la prison de « Bässlergut » à Bâle – devrait se soucier chaque nuit de ses outils de travail. La taule bâloise de « Bässlergut » est pour un régime migratoire méprisant l’humain ainsi que pour le contrôle et l’enfermement des personnes qui ne correspondent pas aux catégories et aux normes de cette société ou qui n’en tiennent pas compte. Juste à côté de la prison se trouve un camp et un centre de rétention administrative qui est en phase d’agrandissement est aussi censé prendre place.

Participez aussi à la lutte contre la construction de prisons (vous trouverez les entreprises qui en tirent profit à ces deux adresses : I & II)

Nous continuerons à lutter pour une société sans prisons.

A bas la justice de classe !

[Traduit de l’allemand de linksunten indymedia, 7]


Allemagne: Courte interruption des flux ferroviaires à l’occasion du sommet du G20 à Hambourg

A l’aube du 19 juin 2017, des engins incendiaires ont été déposés dans des puits de câbles et sur des dispositifs de signalétiques le long des rails de la société ferroviaire allemande (DB) dans les environs de Leipzig, Berlin, Hambourg, Cologne, Dortmund et Bad Bevensen (Basse-Saxe), perturbant le trafic ferroviaire pour une grande partie de la journée. La police a fait état de 13 départs de feu sur l’ensemble du réseau ferroviaire.

De nombreux trains régionaux au départ de Leipzig en direction de Wurzen, de Dresde (et Halle), de Geithain et Erfurt ont été fortement impactés, tout comme les trains internationaux en direction de la République Tchèque depuis la capitale saxonne.

En raison de ce sabotage visiblement coordonné sur le territoire fédéral, plusieurs services de police de la Saxe (dont le centre spécialisé de défense opérationnel et la protection d’État) se sont saisis de l’enquête. Des dysfonctionnements ont également été rapportés dans le système électrique des postes d’aiguillage à la gare de Neustadt et à la gare centrale de Dresde.

A Hambourg, il y aurait eu deux incendies détruisant de nombreux câbles le long des voies, l’un dans le quartier Eidelstedt et l’autre dans le secteur d’Höltigbaum, provoquant l’interruption totale des trains entre Rahlstedt et Ahrensburg sur la ligne Hambourg-Lübeck.

Concernant le sabotage incendiaire en Rhénanie du Nord-Westphalie, celui-ci aurait eu lieu à proximité de la ville de Dortmund, ce qui a conduit à des perturbations du trafic (des retards de 15-20 min) sur la ligne Dortmund-Bochum et sur trois autres lignes.

A Berlin, c’est essentiellement la circulation des trains de banlieue qui a été perturbée. L’incendie d’un câble à la station RER de ‘Treptower Park’ a paralysé la circulation de cinq lignes (S41, S42, S8, S85 et S9) à l’heure de pointe.

Ci-dessous le communiqué de revendication:

Ce matin (lundi 19 juin 2017), nous avons incendié les conduits de câbles le long des principales voies ferrées. La Bahn [la société ferroviaire Deutsche Bahn] utilise les canaux de câbles à côté des voies non seulement pour la transmission de signal interne, mais loue aussi des puits à d’autres exploitants de réseau de données. Nous interrompons l’exploitation économique totale. Et ainsi de la dévaluation de la vie si fortement assimilée. Nous mettons la main dans l’un des systèmes nerveux centrales du capitalisme : plus de 10.000 km de voies ferrées. Ici s’écoulent des marchandises, des mains d’œuvre, en particulier les données.

Des données comme base d’enregistrement pour l’évaluation et l’exploitation de tout. Des données qui sont nécessaires en tant que flux pour l’optimisation de tout processus pour une machine emmagasinant des connaissances, s’optimisant en permanence. En Allemagne, on l’appellera à l’avenir l’industrie 4.0.

Le G20 se rencontre en juillet afin que la machine tourne le plus possible à plein régime. Il est question de la stabilité mondiale. Comme toujours. Et il s’agit de l’Afrique en tant qu’extension néo-coloniale de la machine. Non plus uniquement pour la mainmise sur les matières premières, mais pour l’aménagement de nouvelles possibilités d’exploitation, de nouveaux marchés, de nouvelles mains-d’œuvre. Et pour le déplacement des frontières extérieures de l’UE vers l’Afrique du Nord afin de repousser ceux qui se mettent sur le chemin de l’exil à la suite de la destruction de leurs conditions de vie par le G20. « Le partenariat avec l’Afrique » doit aboutir par la contrainte économique à un mur de sécurité, reprenant ainsi le travail de protection des frontières européennes. Afin que la machine tourne encore mieux et produise moins d’images laides.

Nous n’arrêterons pas les machinistes, pas encore.

Mais nous démontrons la façon dont il est possible, de mener au balbutiement de la machine, bien que nous sommes nous-mêmes censés être intégrés à une partie de la machine.

Nous rappelons notre opposition à la mémoire des machinistes.

Ainsi qu’en juillet au sommet du G20 à Hambourg.

La contestation massive sera visible pour le monde entier.

Et encourager.

A ne pas attendre plus longtemps.

A ne plus seulement espérer.

Agir.

Essayer, échouer. Réessayer, mieux échouer.

Gagner peut-être.

Dans tous les cas, aller de l’avant.

Suivons notre chemin.

Vivons donc.

Maintenant !

« L’unique outil de mesure pour la crise du capitalisme est le degré de l’organisation des forces qui veulent le détruire. »

Shutdown G20 – Retirons Hambourg du réseau !

[Traduit de linksunten.indymedia,

Parution: du pain sur la planche N°6

Nouvelles arrivées en distro

du pain sur  la  planche,feuille  d’agitation anarchiste

« Une feuille d’agitation pour mettre en lien des idées  et des gestes qui nous parlent de désirs d’en finir  (et plus vite que ça) avec tous les rapports de domination qui structurent cette société mortifère.

Un outil qui veut se donner le temps de susciter des rencontres et d’approfondir des analyses loin  du rythme frénétique d’internet où, trop souvent, les opinions tournoient sans s’incarner  ni porter à conséquences.

 Du papier pour s’affuter. Du papier pour foutre le feu! »

 

tu peux consulter les numeros précédent https://dupainsurlaplanche.noblogs.org/

 

Le dernier numéro d’Avalanche, bulletin international de correspondance anarchiste, soit le n°10 de mars 2017 est arrivé sur papier ! Les numéros précédents sont toujours disponibles.

[cp-nina] Retour sur la manif contre Center Parcs à Poligny : le 17 juin, des bulles ont éclaté !

reçu par mail:

Suite à l’appel que nous avions lancé début juin, nous étions près de
300 personnes à nous rassembler et à manifester samedi 17 au matin à
Poligny pour réaffirmer notre opposition à Center Parcs et son monde. Si
un journaliste n’ayant pas suivi la manifestation n’y a vu « qu’une
petite mobilisation de 100 personnes » quand son confrère en comptait le
double, on peut affirmer qu’il y avait longtemps qu’un cortège n’avait
pas battu le pavé à Poligny et que ce fut une réussite : Derrière la
banderole « Financières ou tropicales : non aux bulles du capital », cette
toute première manif’ de la lutte contre un Center Parcs à Poligny a
rempli son objectif de mobilisation. S’il a fallu quelques instants pour
que le cortège composé de Jurassien.ne.s et de personnes venues d’autres
horizons (un salut amical aux ami.e.s du quartier libre des Lentillères
à Dijon !) se mette à serpenter dans les rues de Poligny, il a permis à
la population d’exprimer son mécontentement dans la joie et la bonne
humeur ! Après un parcours ponctué de quelques étapes où nous avons
parfois crié, souvent chanté et beaucoup ri, la cohorte bariolée de nos
différences et de ce qui nous unit a investi la cour de la mairie.

https://mail.riseup.net/rc/?_task=mail&_action=get&_mbox=INBOX&_uid=3958&_part=2&_extwin=1&_mimewarning=1&_embed=1

Le temps de rappeler en musique au premier magistrat de la ville (présent
dans la mairie), Dominique Bonnet, que ses décisions dictées par la
multinationale Pierre & Vacances ne sont pas les nôtres, en aucun cas.
Des manifestant.e.s allant même, avec détermination, jusqu’à faire
éclater… des bulles de savon !

Puis, rassemblé.e.s à notre point de départ, place des Déportés, ont eu
lieu les prises de paroles, qu’elles concernent des oppositions à Center
Parcs ou à d’autres projets d’infrastructures capitalistes aussi
nuisibles que dispensables. Des opposants au Center Parcs de Roybon à
ceux de Bure, en lutte contre le projet de centre d’enfouissement de
déchets nucléaires en passant par les collectifs en lutte contre l’A45
entre Lyon et Saint-Étienne, nous avons pu échanger les dernières
nouvelles et les rendez-vous à venir !

Après un picnic partagé sur le site menacé, l’après-midi s’est déroulée
dans le bois des Tartaroz où différentes activités se sont tenues dans
une ambiance joyeuse et sous un climat très agréable (29°) mais non
aseptisé : balade au coeur du périmètre convoité par Center Parcs et
animée par des naturalistes de Jura Nature Environnement et des
syndicalistes forestiers, suivie d’une table ronde consacrée aux menaces
qui pèsent sur nos forêts, promenades à dos d’ânes, projection de photos
animalières par Julien Arbez, tables de presse du Collectif Jurassien
d’Opposant.e.s à Center Parcs et du Pic Noir, restauration végétalienne
concoctée par le Resto Trottoir de Saint-Claude avant que plusieurs
groupes de musique n’accompagnent cette fin de journée  jusque tard dans
la nuit : le Choeur ouvrier de La Fraternelle, qui nous a ému et qui a
souligné la qualité de l’écoute, les danses folk endiablées proposées
par les Vieilles Fins, la poésie critique de C._&_O., pour finir par la
Kritik Noire (anarchopunk/Jura) et les pogos énergiques et tendres des
René Binamé (chansonnette anarchopunk/Belgique).

Le lendemain, la coordination inter-sites « Center Parcs : ni ici, ni
ailleurs ! » (Poligny, Le Rousset, Roybon, mais aussi Lyon, Valence,
etc.) se réunissait au même endroit, réaffirmant sa détermination à
lutter ensemble et préparant la suite des événements…

cjocp_AT_riseup_DOT_net

Montélimar ( Drôme)PRENONS LA RUE #VEN30JUIN#18h Place de Pracomtal

La machine de guerre anti-sociale est En Marche !

En marche sur le Code du Travail ! Emmanuel Macron nous l’a annoncé : il ne veut pas perdre de temps pour sa nouvelle réforme du droit du travail. En ardent défenseur du capitalisme et du patronat, lui et son gouvernement cogitent actuellement à plein régime sur la façon de faire passer sa réforme du Code du travail par voie d’ordonnances avant la fin de l’été. « Dialogue social » oblige, la mascarade de la consultation des « partenaires sociaux » s’enchaine au pas de charge… le  tract juin 2017ici

Pas loin de par chez nous…

PRENONS LA RUE


#VEN30JUIN#18h


Place de Pracomtal


Montélimar
Appel à une rencontre / débat
Contact : stp26@cnt-f.org / 07 82 05 14 50

si tu veux  le faire circuler en PDF

CAEN A la Pétroleuse concert de solidarité avec les grévistes des centres d’appel le 30 juin

reçu par mail de l’assemblée autonome

Salut,
le 30 juin aura lieu un concert de solidarité à la pétroleuse avec les
grévistes des centres d’appel de Webhelp et Armatis. En grève perlée
depuis 3 mois contre leurs conditions d’exploitation, ils et elles se
retrouvent aujourd’hui confrontés à la mise en place d’un référendum sur
la reprise du boulot, comme le permet la loi Travail. Alors qu’une sorte
de parti unique de cadres et d’entrepreneur-es s’affaire au gouvernement
à précariser et exploiter toujours davantage, cette grève dans un
secteur depuis longtemps soumis aux raffinements du management renoue
avec la conflictualité sociale nécessaire. La solidarité l’est aussi. Ce
sera l’occasion ce vendredi 30 juin. Cf fly.
Bye.                                                        
Un anarchiste

Affichage de Fly 30.06 def.png en cours...

A propos de .la pétroleuse :ici