Monthly Archives: juin 2016

La Ciotat (Bouches du Rhône) : à chacun sa manière !

 Note : lu sur Brèves du Désordre et on publie bien que le blog PS Déco ne cite aucune,depuis mars 2016, des 4 attaques contre le local du  PS à Valence ni relaie la dévastation du local PS de Privas  dans la nuit du 17//05 au   l8/05

La permanence LR de La Ciotat attaquée à l’arme à feu

Marseille Infos Autonomes, 29 juin 2016

Il semblerait que le concours de dégradations de locaux de partis politiques continue : en effet, dans la nuit du 28 au 29 juin, la permanence ciotadienne des ex-UMP a été la cible de coups de feu de la part d’inconnu.

Si la discipline était déjà pratiquée dans le passé, les attaques contre des permanences de parti politique ont pris une nouvelle ampleur avec le mouvement contre la Loi Travaille !

On peut trouver une bonne compilation de tout ça sur le blog PS Déco, qui fait un travail d’archivage.

On ne compte plus les vitrines brisées ou les extincteurs de peinture déversés, mais à présent, après la permanence du Parti Socialiste d’Isère, c’est désormais la deuxième représentation politique à être la cible de coups de feu de la part d’inconnus.

Sans avoir aucune idée de qui peut bien se cacher derrière ces actions, on peut quand même se douter de quelques-unes des motivations qui tendent à les expliquer (quand bien même ce ne sera sûrement pas valable pour l’ensemble des actions) : une défiance toujours plus grande vis-à-vis des représentants autoproclamés d’un système politique pourri jusqu’à la moelle, qui prétendent gérer le désastre qu’eux-même ont créé et dont ils profitent à grands renforts de grands mots, et notamment la fameuse « démocratie » à qui on fait danser la Valls, dont on se sert pour légitimer des projets quand ça nous arrange (tel le dernier référendum à Notre-Dame-des-Landes) et qu’on piétine quand ça nous arrange (49.3). Mais à laquelle plus grand monde ne croit.

Ce que confirme le communiqué envoyé par les élus LR locaux : « En s’attaquant à un symbole du pluralisme républicain de notre pays, les auteurs de ces faits se sont attaqués aux valeurs mêmes de notre démocratie que les partis politiques font vivre au quotidien au service de nos concitoyens. Nous tenons à assurer l’ensemble des élus et des adhérents de notre mouvement à La Ciotat et au sein de la 9e circonscription de notre plein et entier soutien face à ces nouvelles tentatives d’intimidation. Cet acte d’une grande violence qui porte atteinte aux valeurs démocratiques et républicaines qui animent notre Département et notre pays n’entamera en rien notre détermination à maintenir notre famille politique dans l’action, au service de la Provence de demain. »

Mais ce n’est pas une attitude schyzophrène, c’est simplement le principe de la « démocratie » contre la population, le renforcement structurel d’entités d’oppression et d’exploitation qui n’ont pour but que leur auto-perpétuation et l’accumulation de capital.
Aussi, lorsque la CFDT parle « d’atteinte à la démocratie » lorsque leur local est attaqué lors d’une manifestation, on aurait plutôt envie de leur donner raison. C’est qu’en effet, cette démocratie est à attaquer, parce qu’elle nous attaque, qu’elle nous mutile, qu’elle ne fait qu’entretenir l’horreur du monde dans lequel nous vivons en maintenant l’illusion de laisser aux gens la possibilité d’intervenir dessus (ah, les élections…).

Nous ne comprenons que trop bien l’exaspération qui se développe vis-à-vis des politicards du vieux monde, et c’est ce que nous lisons dans toutes ces attaques contre des permanences de parti, et c’est ce que nous voyons dans l’émergence de forces autonomes dans et en-dehors des cortèges syndicaux et dans une nouvelle génération qui veut se voir « ingouvernable » et tente de s’organiser pour le faire. Et cela, nous le saluons.

Le concours continue !


La Ciotat : La permanence des Républicains mitraillée pendant la nuit

20Minutes, 29.06.2016 à 10:08

Petit message à caractère politique ? Mardi soir, vers minuit, la permanence du parti Les Républicains située au 84 boulevard Bertolucci à La Ciotat (Bouches-du-Rhône) a été la cible de plusieurs tirs. Plusieurs impacts de fusil de chasse, d’après les premières constatations, ont été retrouvés sur la porte vitrée.

D’après nos informations, c’est un riverain qui, après avoir entendu plusieurs coups de feu, a immédiatement prévenu la police. Celle-ci est arrivée peu de temps après sur les lieux. Aucune victime n’est à déplorer.

L’an dernier, le maire Les Républicains de la ville de La Ciotat, Patrick Boré, avait été la cible de menaces de mort. On ignore pour le moment si ces faits sont liés à l’attaque de la permanence politique.

Madrid : représailles contre la compagnonne accusée de braquages

Brèves du Désordre

Depuis quelques jours, la compagnonne anarchiste incarcérée à Soto del real fait l’objet de plusieurs abus de pouvoir de la part de la direction de la prison. Sous prétexte de « raisons de sécurité » non seulement on lui a refusé la possibilité d’avoir un parloir intime avec sa compagne le jour de son mariage, mais on lui a aussi interdit toute communication téléphonique avec elle, ainsi qu’avec une autre personne.
En outre, le sous-directeur de la taule lui a infligé plusieurs rapports disciplinaires pour, selon lui, « inciter à la mutinerie » les autres prisonnières du quartier d’isolement, ainsi que pour la punir de parler avec d’autres prisonnières la nuit.

Nous comprenons toutes ces punitions comme des représailles pour l’attitude combattive et solidaire de la compagnonne, qui malgré la distance et l’isolement reste déterminée à participer aux luttes dans la rue, envoyant un message de soutien à la Banc expropriat de Gràcia, et une lettre dans laquelle elle réaffirmait ses convictions et ses pratiques politiques de lutte contre l’État et le système capitaliste.

De notre point de vue, pour nous qui sommes à l’extérieur, toutes ces tentatives de la faire taire et de l’isoler ne peuvent que donner lieu à une multiplication des expressions de solidarité et des efforts pour diffuser et faire tourner ses mots pour lesquels ils prétendent la châtier davantage encore. Nous rappelons aussi que le délai fixé pour son séjour dans la prison de madrilène de Soto del Real arrive bientôt à terme et que son extradition vers l’Allemagne est prévue pour le 30 juin.

Ne permettons pas qu’ils fassent taire la voix des personnes en lutte emprisonnées !
Brisons le cercle dans lequel ils veulent isoler nos compagnonnes !
Fait passer le message ! – Sors dans la rue ! – Participe aux initiatives ! – Agis !

[Traduit de l’espagnol d’Indy Barcelone, 23 jun 2016]

Genoble: garage asso et Eymeux: journée antirép samedi 2 juillet

Nous avons décidé de passer cette double annonce reçu par mail on t’indique où se trouve eymeux

Olaaaa,
alors deux petites annonces instantanées….samedi 2 juillet à Eymeux, dans la Drôme, là où il y avait du tergoul
l’été dernier,
samedi prochain, y’a une journée antirép,
avec donc l’affiche en pièce jointe….et non marqués sur l’affiche :
http://www.riosourd.com/spectacles.html
c’est les potos de Rio Sourd néo grenoblois-e-s qui font un spectacle,
olééééé !!!!et donc une deuxième annonce fort importante !

Bien le bonjour à toutes et tous…

Ceci est un sondage pour un appel à don. Et oui car :

Nous sommes 4 meufs de grenoble à avoir en tête de monter un garage
mécanique auto associatif.

Notre projet est de proposer un lieu, avec du matériel, et des
personnes aux connaissances variées pour que tout à chacun-e puisse dans
la mesure de ses moyens, venir faire de la mécanique sur son/ses
véhicule-s avec l’aide de gens qui s’y connaissent un minimum.
Le lieu est ouvert à toutes et à tous, la ligne de base étant que les
mécanos sont et seront des meufs, des gouines ou des trans.

L’idée, c’est que l’adhésion ne soit pas chère, environ 20-30 euros à
l’année, et que les chantiers soient à prix libres, avec des prix
indicatifs en fonction du temps qu’il y a a passer sur le véhicule (le
prix indicatif n’est pas le même pour une vidange sur laquelle il faudra
passer une heure, que sur une courroie de distribution qui prends une ou
deux journées…).

On s’imagine avoir des jours de permanence où on accueille du monde en
faisant des diagnostiques, ce qui nous permets ensuite de caler les
chantiers avec les personnes qui viennent, puis de les réaliser
ensemble.

On s’imagine aussi faire des journées d’ateliers débutant-e-s, pour
apprendre, à plusieurs, à tchéquer ses niveaux, changer une roue, faire
sa vidange, changer ses plaquettes de freins, etc… ce qui fait
qu’ensuite une tripotée de gens seront autonomes sur ces questions là,
et ce serait déjà une grande victoire pour nous !

On a déjà un peu de matos, en réalité, mais notre plus gros problème
est… Suspens…. Le Local, bien évidemment…

En effet, pour pouvoir avoir la place de rentrer 2 véhicules, ce qui
nous parait un minimum, un bureau, du matos, tout ça, on va avoir du mal
à trouver à moins de 800 euros par mois en location… Oui, on pourrait
trouver moins si on est à 30 km de grenoble, mais bon, amener son
véhicule en panne à 30 bornes, c’est pas forcément le plus simple, et on
reste attachée à l’idée d’être en ville !

Concrètement, ce qu’on aimerait, c’est qu’une mairie de l’agglo
grenobloise nous prête un garage. Ca parait mal barré car il n’y en a
pas de dispo pour l’instant, mais on va tenter quand même.

Ce qu’on capte des différent-e-s potes qui ont déjà tenté ça dans leur
vie, c’est que faire tourner le garage associatif juste sur les rentrée
de sous des chantiers, c’est casse-gueule : ça fait avoir beaucoup
d’enjeux sur les prix libres, alors que le but, c’est quand même de pas
pousser à mettre des sous à des gens qui n’en ont presque pas. Ca fait
assez vite rentrer dans une dynamique de rentabilité, et c’est pas notre
but ! Notre but c’est que chacun-e puisse faire, apprendre, échanger, à
son rythme, et de se faire plaisir là-dedans !

Alors, comment faire ???

Nous, pour l’instant, on fait un sondage : qui serait prèt-e-s à donner
un peu de sous tous les mois pour une durée indéterminée (bien sur tout
désengagement est possible, c’est juste cool de nous prévenir à l’avance
histoire qu’on ait le temps de se retourner)… Concrètement, 800 euros,
ça fait 40 personnes qui donnent 20 euros par mois, ou même 80 qui
donnent 10… Alors on fait passer cet appel un peu largement parce
qu’on se dit que même hors rhône-alpes, il peut y avoir des gens qui
veulent soutenir ce genre de projet.On tente ce fonctionnement là car
pour être sur de pouvoir payer tous les mois notre loyer on a besoin de
stabilité.
Tout en sachant qu’on continuera de chercher d’autres financements pour
un jour pouvoir se passer de vous…

Si on a quelque chose de suffisant, à la fin de ce sondage, ben, on
vous recontactera pour mettre le schmilblick en place, et vous serez, on
espère bien prochainement, convié-e-s à faire votre méca chez nous !! Et
bien sur, si vous avez des questions à nous poser, n’hésiter pas à nous
contacter, on répondra avec plaisir !
Dans tout les cas on se dit que c’est chouette d’avoir une idée de la
thune disponible à la fin de l’été alors c’est bien de répondre avant
fin aout.

Bien à vous, l’équipe des Solénoïdes

Pour nous joindre : lessolenoides at riseup.net

 

« En haut : des couilles en or – En bas : des nouilles encore ! »

reçu par mail

Bonjour,

 

Le Dauphiné Libéré d’aujourd’hui nous apprend que le Conseil départemental avait débloqué 500 000 euros pour le financement des études préalables à la mise en œuvre du projet de liaison entre les stations de ski des Deux Alpes et de l’Alpe d’Huez qui, à terme, voudrait relier aussi la station de Saint-Sorlin-d’Arves. Ce gigantesque domaine skiable relierait ainsi 850 km de pistes…

 

« Cette remontée mécanique [reliant les stations de ski des Deux Alpes et de l’Alpe d’Huez – seulement 440 km de pistes entre ces 2 stations,] va nous placer dans le peloton de tête des très grandes stations de ski mondiales » nous dit-on. Il fallait, en tout cas, concurrencer la Tarentaise et ses stations hors-normes…

 

A propos de tourisme et de ses territoires en concurrence, nous vous proposons, en suivant le lien ci-dessous, un entretien accordé au site Haros ! par le comité de rédaction de la revue De tout Bois auquel le Collectif grenoblois de soutien à la ZAD des Chambarans participe :

 

https://haro-grenoble.info/spip.php?article86

---
Le mur du collectif : http://fr.padlet.com/GREZADPAD/nw9dl26kz2i0
---

France [Frontière] mises à jour et Lettre des compagnons prisonniers depuis le CRA de Nice

lu sur informa- azione.org
vendredi24 juin Beaucoup de gens sont venus pour manifester sous le CRA de Nice. Beaucoup d’énergie et de force pour transmettre à d’autres détenus à l’intérieur du centre de détention. Chorales, chansons, les batucada ont animé les heures de ce rassemblement, et grâce à la proximité physique aux compagnons ils étaient en mesure de répondre avec des cris et des chants, des sourires et des salutations de derrière les barreaux.

Il est bon, de sentir la proximité et la complicité tant l’ambiance est élevée

Quant à leur situation juridique semble être gérer pendant quatre jours, soit jusqu’au mardi ’28, les trois avocats qui les suivent, hier ne savaient pas encore s’ils nous disent à mardi « les auraient libérés à la frontière, ou à Nice s’il y aura procès. Amendes et il reste l’expulsion du territoire français pendant un an.

et «vous pouvez faire des visites de 9 à 11 et de 14 à 18 …

Nous continuons à faire notre solidarité!

Après rassemblement et s’est tenu une réunion où il« est décidé de poursuivre la présence de soutien jusqu’à leur libération … chaque après-midi de 18h30 à nous d’exprimer notre solidarité ‘…

Liberté pour tous!

Feu à toutes les prisons!

complice et solidaire des vallées maritimes
________________________________________________________________________________

lu et parcouru sur https://mars-infos.org
Lettre de Andrea, Rafael, Vincenzo et Arturo, arrêtés suite à l’occupation d’un ex-poste de douane qui avait pour but de le transformer en un lieu de rencontre et d’organisation contre les frontières et ce qui va avec.

Pour contextualiser
Solidarité aux 4 camarades italiens enfermés au CRA de Nice


DU CENTRE DE DÉTENTION DE NICE

L’été dernier, pendant que les migrants et leurs soutiens résistaient sur les rochers de la frontière franco- italienne, à Vievola, à l’extrémité nord de la vallée de la Roya, un rassemblement d’habitants luttait contre le doublement du tunnel du col de Tende et le trafic de camions qui en résulte. Nos parcours respectifs semblaient lointains, mais déjà se dessinait un lien commun. Nous nous sommes rencontrés sur la côte comme dans la montagne et nous avons senti qu’ échanger était important et nécessaire. Puis au mois de septembre le rassemblement de Vievola comme celui des Balzi Rossi a été expulsé. Pour les solidaires, les vallées au dessus de Vintimille sont devenues des refuges naturels. De là, la lutte contre la frontière est repartie, et ce sont ces vallées qui ont reçu les si nombreuses interdictions de séjour venant de la préfecture de police d’Imperia. Dans la vallée de la Roya, la construction du tunnel de Tende s’est poursuivie, et à ce triste scénario se sont ajoutés les migrants, qui quotidiennement, avec courage et détermination, traversent ce territoire en direction de Paris, Calais, l’Angleterre …
Nous avons donc senti le besoin de nous rencontrer plus régulièrement, et de cette situation est née une nouvelle histoire.

La manifestation du samedi 18juin a donc été caractérisée par la rencontre entre les luttes contre la destruction du territoire et celles contre les frontières et déportations. Les forces de l’ordre italiennes nous ont interdit de continuer vers Vintimille et Menton, où le cortège de vélos aurait dû arriver. Elles devaient empêcher les manifestants de rencontrer les migrants bloqués et déportés à la frontière franco italienne. Il s’en est suivi une assemblée spontanée qui a décidé de continuer la mobilisation en occupant le bâtiment de l’ancienne douane française, proche du vallon frontalier de Fanghetto. Italien/nes et français(es) ensemble, nous avons dépassé les frontières territoriales, linguistiques et culturelles qui encore nous divisaient et avons transformé un lieu de contrôle et de séparation entre les peuples en un espace libéré. Une éclaircie dans les ténèbres du présent dans laquelle nous avons donné vie et force aux luttes à venir.
L’expérience a duré jusqu’à jeudi matin quand les forces de la gendarmerie ont donné l’assaut. Il a été notifié aux cinq italiens présents un décret d’expulsion d’un an du territoire français. Au lieu d’être raccompagnés à la frontière, comme il est advenu pour Giulia (non retenue parce qu’il n’existe pas de quartier pour femmes au CRA de Nice), nous avons subi un transfert au centre de détention administratif de Nice.

Entre nous, le moral est bon, surtout après le rassemblement participatif qui s’est tenu vendredi sous les murs du centre. Nous refusons fermement les étiquettes que voudraient nous coller la presse et la préfecture, parce que nous savons bien comment ces organes tendent à limiter, diviser et réprimer.
Le croisement des parcours dans ce territoire de frontière dessine de nouvelles géographies et nous sommes fiers de faire partie de cette communauté en lutte. Nous remercions chaque personne qui, en Italie comme en France, a manifesté de la solidarité avec nous et avec chaque migrant(e) déporté(e) ou détenu(e) en Europe.

Pour un monde sans prisons ni autorités ni frontières, ni camions, autogestion !

Andrea, Rafael, Vincenzo, Arturo

Reçu par mail
___________________________________________________________________________________

P.-S.

Tous les soirs, à partir de 18h, rassemblement (presidio) et assemblée sous les murs du CRA (centre de rétention, 28 rue de Roquebilliere, Nice)

Sarcelles (Val-d’Oise) : crever les yeux de l’Etat

Brèves du Désordre

Le centre de supervision urbaine de Sarcelles a appelé la police pour leur signaler que des gens s’en prenaient à l’une de leurs caméras, vendredi vers 23 h 45. Une patrouille s’est rendue sur place dans la foulée et a aperçu les suspects qui prenaient la fuite en direction de la Seine-Saint-Denis. Ils n’ont pas réussi à les interpeller mais ont pu identifier un membre du groupe.

Vingt minutes plus tard, une autre patrouille a repéré un homme qui répondait au signalement du suspect. Agé de 20 ans et habitant Sarcelles, il a été interpellé dans un square à proximité du boulevard Jacques- Copeau.

Montreuil (Seine St Denis) : dans la face des rouges en chasuble !

Brèves du Désordre

 

Le siège de la CGT à Montreuil vandalisé

Le Monde.fr avec AFP | 26.06.2016 à 04h59 (extrait)

Le siège de la Confédération générale du travail (CGT) à Montreuil (Seine-Saint-Denis) a été vandalisé dans la nuit de vendredi 24 à samedi 25 juin par des individus encagoulés qui ont cassé plusieurs portes et vitres, a déclaré Philippe Martinez, le secrétaire général du syndicat. La CGT, fer de lance de la mobilisation contre le projet de loi travail depuis mars – aux côtés de FO, Solidaires, FSU, FIDL, UNEF et UNL – a porté plainte.

Immédiatement condamnées par le premier ministre, Manuel Valls, ces dégradations interviennent deux jours après celles commises au siège de la Confédération française démocratique du travail (CFDT) à Paris.

« On a évité le pire »

« Ça s’est fait assez vite. Des individus encagoulés avec des sacs à dos ont franchi les barrières et ont tapé, forcément avec des objets costauds, sur des portes et des vitres », a déclaré M. Martinez. « Sur les images de la vidéosurveillance, on voit deux individus », a-t-il précisé.

De sources policières, deux personnes ont effectivement franchi les grilles munis de marteaux vers 23 h 30. Ils ont cassé entre sept et huit vitrines avant d’être mis en fuite par les vigiles.

Toutefois, les personnes encagoulées n’ont pas pu entrer à l’intérieur du siège de la première organisation syndicale française. « Il y a plusieurs portes à franchir pour [y] rentrer. Ils ont cassé la première, les vitres sur les côtés, mais ils n’ont pas pu entrer parce qu’il y a un système qui se déclenche », a poursuivi M. Martinez.

Des individus difficiles à identifier

« On a évité le pire », a encore dit le secrétaire général, assurant que le siège n’avait jusqu’à présent jamais été victime de violences d’« une telle ampleur ». Une enquête a été ouverte et confiée au commissariat de Montreuil. « On dispose de vidéosurveillance mais ils vont être très difficiles à identifier à cause des cagoules. Ça ressemble à un match retour après la casse à la CFDT », selon une source policière, qui évoque des personnes « visiblement bien organisées ».


Malgré le fait que cette attaque soit claire et parle d’elle-même à qui n’est ni aveugle ni anesthésié (le siège d’un grand syndicat qui déploie son SO armé de battes de base-ball contre des manifestants, qui vient d’accepter un parcours bidon comme celui de Bastille, dont le siège national est frappé le lendemain de celui de la CFDT attaqué lors d’une manif sauvage, qui pleurniche désormais pour renégocier la loi travail après avoir exigé son retrait pur et simple ; et plus largement qui est bien sûr une institution subventionnée qui cogère tous les jours l’exploitation (ou le nucléaire et les flux de pétrole) avec l’Etat et les patrons – cf par exemple sa non opposition il y quelques jours à l’accord sur le temps de travail à la SNCF*, ou qui participe directement aux dispositifs de maintien de l’ordre – cf l’expulsion musclée il y a 7 ans exactement des sans-papiers qui occupaient la bourse du travail à Paris (voir ici et ) ou ses dissociations à répétition et demandes d’incarcération contre les « casseurs » ou ceux qui s’en prennent à « l’outil de travail », etc etc), malgré tout cela donc, cet acte bienvenu a fait l’objet d’un communiqué en bonne et due forme publié le lendemain par un site du mouvement.
Il n’appartient donc plus à toutes celles/ceux qui le partageaient et s’y reconnaissaient, chacun à sa manière et pour le porter plus avant, mais à ses auteurs et à leur idéologie spécifique (notamment en matière d’analyse du rôle des syndicats dans la domination et de leurs « trahisons » supposées, ou en matière de solidarité et d’auto-organisation).
Voir « Hier la CFDT, ce soir la CGT » signé par « Une cellule parmi tant d’autres… » : nantes.indymedia.org/articles/35142

* « La stratégie de la terre brûlée n’est pas la conception CGT du syndicalisme « , s’est justifiée le 23 juin la fédération CGT-Cheminots, en se présentant comme un « syndicat de lutte honnête et responsable« .

A cette occasion, on pourra relire les brochures :
- Mon nom est personne. Contributions anarchistes à un débat autour de l’anonymat et de l’attaque, octobre 2015, 48 pages
- Une nuit de décembre à Brescia. Acte de révolte, bien privé ?, mars 2016, 26 p.

Tours (Indre-et-Loire) : « Les Nations sont un bordel »

Brèves du Désordre

Tours : une centaine de tags découverts à l’université sur le site des Tanneurs

La Nouvelle République, 27/06/2016 09:35

Ce lundi à Tours, une centaine d’inscriptions ont été découvertes sur les murs, dans les couloirs de plusieurs étages du site des Tanneurs de l’université François-Rabelais. Des inscriptions parlant d’esclavage, de liberté et fustigeant pour certains l’état d’urgence.

Le message n’est pas très clair, ce lundi matin, sur les murs à l’intérieur de l’université des Tanneurs. Inscrites à la bombe rouge, une centaine d’inscriptions ont été découvertes dans les couloirs. On note une citation de l’ouvrage d’Orwell « 1984 », et d’autres slogans : « Pourquoi la liberté est-elle un privilège ? » ; « Les Nations sont un bordel… » et un autre interpelant Bernard Buron, le directeur de l’UFR Arts et Sciences Humaines. Sur certaines, le « A » encerclé cher aux anarchistes…

La direction a découvert ces inscriptions samedi matin. Le personnel administratif était sous le choc, ce lundi, en découvrant ces inscriptions présentes sur plusieurs étages. Il n’y a aucune trace d’effraction. Il est probable que le ou les auteurs des tags se soient laissés enfermer dans le bâtiment vendredi soir.

Valence [Drôme] : le 28/06 Contre la loi « travaille » et son monde manifestation Du 333 av. victor Hugo ( Pôle emploie) à la préfecture

le 27/06/lors de l’occupation du conseil départemental, on nous a reproché que dans aucune manifestation contre la loi El Khomri ,, il n’y avait aucune présence visible de  libertaire , anarchiste, autonome à Valence pour contredire ces invidu-e-s en circulant sur indymedia grenoble on a pris cette affiche

JPEG - 401.8 kb
Nous  vous proposons  une  brochure qui nous plaît bien  à télécharger en PDF

Soutien à Grégoire à Lons-le-Saunier et anti-répression à Eymeux(mise à jour)

Eymeux village de la Drôme

reçu par mail

Bonjour,

 

Le 29 juin 2016 à 14 heures se tiendra le procès de Grégoire devant la cour d’appel de Rennes.

Grégoire fait partie des nombreux condamnés après la manifestation contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes du 22 février 2014 à Nantes. Les charges retenues durant les dizaines de procès qui se sont tenus suite à des arrestations ayant eu lieu bien après les faits, ont révélé la faiblesse des dossiers et confirment un ciblage arbitraire contre les opposants à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

 

Grégoire s’était alors soustrait à sa peine en expliquant pourquoi, dans un texte qu’il a écrit avec des amis (http://zad.nadir.org/spip.php?article2556).

Le 8 avril 2016 Grégoire se fait arrêter à Lons-le-Saunier lors de l’infotour de la zad NDDL et incarcéré.

 

A l’occasion de ce procès en appel, le Collectif jurassien des opposants à Center Parcs manifestera ce 29 juin 2016 son soutien à Grégoire et contre la répression contre le mouvement anti-aéroport, devant le tribunal de Lons-le-Saunier avec table d’information, banderole, caisse de soutien, à partir de 13h30. Nous nous associons à ce soutien et vous invitons à y participer.

 

La répression qui s’appuie non seulement sur des violences policières mais aussi sur une justice qui se satisfait bien des fois des descriptions faites par des agents de la force publique ne correspondant pas du tout à celles des accusés, prend aujourd’hui une ampleur considérable contre les différents mouvements sociaux mais aussi contre une société que l’on voudrait contrôlée et plus assujettie pour mieux l’administrer surtout en période de troubles.

 

Nous vous transmettons une invitation à discuter de cette question (cf. pièce jointe), le samedi 2 juillet à partir de 14 h à la ferme Cailloux Les Abes 26730 Eymeux.

 

Merci de faire suivre,

 

Le Collectif grenoblois de soutien à la ZAD des Chambarans

---
Le mur du collectif : http://fr.padlet.com/GREZADPAD/nw9dl26kz2i0
et non marqués sur l'affiche :
 http://www.riosourd.com/spectacles.html
 c'est les potos de Rio Sourd néo grenoblois-e-s qui font un spectacle,
 olééééé !!!!
 

pièce jointe pour cette journée